HALIFAX – Une entreprise canadienne de sous-vêtements qui a rapidement rééquipé son usine au printemps dernier pour fabriquer des équipements de protection individuelle licencie 150 travailleurs après avoir échoué à remporter un nouveau contrat fédéral.

Stanfield's Ltd. de la Nouvelle-Écosse, célèbre pour ses caleçons longs et ses caleçons, est passée à la confection de blouses médicales pour les agents de santé de première ligne dès le début de la pandémie.

Mais le fabricant de vêtements historique Truro a été exclu de la dernière série de contrats fédéraux.

Les neuf soumissionnaires retenus pour une nouvelle demande de propositions de blouses médicales se trouvent en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique.

Jon Stanfield, directeur général de l'entreprise familiale de cinquième génération, s'est dit déçu du processus d'appel d'offres.

"Si le gouvernement suggère qu'ils se sont dispersés sur une base géographique, alors ils ont raté une partie importante du pays et un acteur important au sein de l'industrie", a-t-il déclaré dans une interview jeudi.

"Quel est le problème avec le Canada atlantique – la frontière ne s'arrête pas à Edmundston, au Nouveau-Brunswick."

La députée de la région de Truro, Lenore Zann, a déclaré qu'elle était "terriblement inquiète et déçue" d'apprendre les licenciements chez Stanfield.

"Notre communauté s'est intensifiée lorsque notre pays était en crise", a déclaré le représentant de Cumberland-Colchester dans un communiqué sur Facebook. «Je suis reconnaissant et fier du travail que nos citoyens ont accompli au cours de l’année écoulée pour aider notre pays à un moment où le besoin se fait sentir.»

Ce n'est pas la première fois que Stanfield's intervient pour aider dans une période de besoin national.

Dans les années 1890, l'entreprise a inventé des sous-vêtements en laine épais et résistants au rétrécissement utilisés par les travailleurs pendant la ruée vers l'or du Klondike; pendant la Première Guerre mondiale, l'usine a été convertie pour fournir des couvertures en laine pour garder les soldats au chaud dans les tranchées; et pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a fourni des sous-vêtements de base.

Le contrat fédéral de 27,9 millions de dollars de l'entreprise pour la fabrication de blouses médicales ne représentait qu'une petite partie des 1,87 milliard de dollars qu'Ottawa avait sous-traités au 31 décembre.

Le ministre de la Croissance économique inclusive de la Nouvelle-Écosse, Labi Kousoulis, a été interrogé jeudi sur l'aide que la province pourrait apporter au cabinet suivant de Stanfield.

«Nous avons acheté des robes de Stanfield au cours de l'année dernière», a-t-il dit, «je demanderais donc à Stanfield's de contacter nos responsables des achats à l'autorité sanitaire.

"Si nous manquons de tout type d'EPI, qu'il s'agisse de blouses, de masques ou d'aiguilles, je pense que les autorités sanitaires font tout ce qui est en leur pouvoir pour les acheter."

Le député local Dave Ritcey a qualifié de «dévastatrice» la perte de 150 emplois dans cette région en grande partie rurale.

"Ce ne sont pas des chiffres d'emploi, ils représentent des personnes qui se lèvent et vont travailler tous les jours", a-t-il déclaré dans un communiqué sur Facebook. «C'étaient des gens qui soutenaient les travailleurs de la santé de première ligne au Canada pendant une pandémie mondiale.

Services publics et Approvisionnement Canada a déclaré que la demande de propositions pour les fournisseurs nationaux de «blouses d'isolement médical jetables» avait été lancée au nom de l'Agence de la santé publique du Canada en octobre dernier.

Le processus d'appel d'offres n'était ouvert qu'aux fabricants canadiens. Les entreprises sont tenues de faire toute la coupe, la couture et l'assemblage ici au Canada, a déclaré le ministère dans un courriel.

Le ministère a reçu 71 soumissions et, en février, a attribué des contrats à neuf fabricants.

Les soumissionnaires gagnants comprennent deux entreprises en Colombie-Britannique – Westcomb Outerwear Inc. à Vancouver et First Aid & Survival Technologies Ltd. à Delta – trois à Montréal – Quartz Nature Inc., Boutique Tristan & Iseut et Samuelsohn Medical Ltd. et quatre en Ontario – Triplewell Canada Inc. à Scarborough, Wuxly Movement à Toronto, Mahajan Canada Ltd. à Toronto et Harbour Technologies Ltd. à Windsor, Ont.

Les entreprises doivent livrer un minimum de 24 000 blouses dans les 60 jours suivant l'attribution du contrat pour démontrer la capacité garantie. Toutes les robes doivent être livrées avant la fin de septembre 2021, a indiqué le département.

– Avec des fichiers de Keith Doucette à Halifax.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 4 mars 2021.

Brett Bundale, La Presse canadienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *