Il espérait apparaître dans Guinness World Records pour avoir joué le plus grand nombre de cuivres et d'instruments à vent (115) dans le meilleur temps, mais était consterné d'être battu par un autre musicien qui, injustement aux yeux de Lumsden, le faisait en jouant moins de notes.

Alan Frederick Lumsden est né à Kingston le 17 avril 1934, le quatrième des six enfants d'Archibald et de Dorothy «Dolly» Lumsden (née Vincent), licenciés des Bricklayers Arms. Il fit ses études à la Licensed Victuallers School, où l'un de ses professeurs avait été trombone et offrit son instrument au jeune Alan; il lui appartenait de le conserver s'il terminait le livre du tuteur à la fin du trimestre.

Il a déménagé à la Tiffin School, Kingston, embrassant ses beaux orchestres de cuivres et à vent. Bientôt, il utilisa le produit de sa tournée de papier pour acheter de vieux instruments dans une brocante, dont une belle flûte du XVIIIe siècle sur laquelle il apprit lui-même à jouer de Mozart.

Pendant le service national au plus fort de la guerre froide, il apprit le russe et fut interprète à l'Amirauté. Il a lu l'histoire au Downing College de Cambridge, jouant du saxophone dans un orchestre de danse universitaire, puis a donné des conférences pour le service russe de la BBC sur la musique au Royaume-Uni. Une fois, il a joué Gertrude dans un hameau de langue russe.

Son père est mort quand il avait 21 ans et, parce que les femmes n'étaient pas autorisées à être seules licenciées, il est retourné au pub jusqu'à ce que sa mère prenne sa retraite. Il a découvert le troisième programme en épluchant des pommes de terre pour 50 déjeuners le dimanche matin.

Après sa première visite en Russie, le Musical Times lui a demandé de traduire un article de Sovetskaya Muzyka sur la création du Quatuor à cordes No 8 de Chostakovitch (1960) qui met en lumière l’état d’esprit fragile du compositeur à l’époque. Il est resté passionné par la culture russe, réprimandant ses enfants pour avoir lu Guerre et Paix en anglais, disant que trop de choses sont perdues dans la traduction.

Après ses aventures russes, Lumsden a trouvé du travail comme tromboniste avec le London Philharmonic Orchestra, où il a eu ses premières leçons formelles sur l'instrument. Cela a conduit à travailler avec d'autres ensembles, dont le London Brass Consort, avec qui il a donné les premières performances londoniennes de concertos pour trombone de Nikolai Rimsky-Korsakov, Ernest Bloch et Kazimierz Serocki.

Il est apparu aux Proms avec Musica Reservata et le Early Music Consort, et a rejoint le London Serpent Trio avec Andrew van der Beck et Christopher Monk, tous les trois en queue de pie et en cravate.

En 1972, il a joué le serpent dans la première mondiale de l’opéra Taverner de Peter Maxwell Davies à Covent Garden. Il a également été entendu au premier Festival international du serpent à Columbia, en Caroline du Sud, en 1989.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *