ENGLEWOOD 23 mai 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de Western Union Co le mardi 5 mai 2020 à 20 h 30 GMT

* Rajesh K. Agrawal

BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – MD in US Equity Research & Senior Analyst

Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique de publication des résultats du premier trimestre 2020 de The Western Union Company. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement.

J'aimerais maintenant confier la conférence à Brendan Metrano, vice-président, Relations avec les investisseurs. Allez-y.

Je vous remercie. Lors de l'appel d'aujourd'hui, nous discuterons des résultats de l'entreprise pour le premier trimestre 2020, puis nous répondrons à vos questions. Les diapositives qui accompagnent cet appel et cette webdiffusion peuvent être consultées sur westernunion.com sous l'onglet Relations avec les investisseurs et resteront disponibles après l'appel. Des statistiques opérationnelles supplémentaires ont été fournies dans des tableaux supplémentaires avec notre communiqué de presse.

Western Union suit toujours une politique de travail à domicile. Donc, lors de notre appel à distance aujourd'hui, notre PDG, Hikmet Ersek; notre directeur financier, Raj Agrawal; et chef de la trésorerie et des relations avec les investisseurs, Brad Windbigler.

L'appel d'aujourd'hui est enregistré, et nos commentaires comprennent des déclarations prospectives. Veuillez vous référer à la mise en garde dans le communiqué de presse et dans les documents déposés par Western Union auprès de la Securities and Exchange Commission, y compris le formulaire 10-K 2019, pour plus d'informations sur les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des déclarations prospectives.

Au cours de l'appel, nous discuterons de certains éléments qui ne sont pas conformes aux principes comptables généralement reconnus. Nous avons rapproché ces éléments des mesures conformes aux PCGR les plus comparables sur notre site Web, westernunion.com, dans la section Relations avec les investisseurs.

Nous discuterons également de certaines mesures ajustées. Bien que les dépenses qui ont été exclues des paramètres ajustés soient spécifiques à ces initiatives, les types de dépenses peuvent être similaires aux types de dépenses que l'entreprise a déjà engagées et on peut raisonnablement s'attendre à ce qu'elles engagent à l'avenir.

Toutes les déclarations faites par les dirigeants de Western Union lors de cet appel sont la propriété de The Western Union Company et sont soumises à la protection des droits d'auteur. Outre la rediffusion mentionnée dans notre communiqué de presse, Western Union n'a pas autorisé et décline toute responsabilité pour tout enregistrement, rediffusion ou distribution de toute transcription de cet appel.

Je donne maintenant la parole à notre PDG, Hikmet Ersek.

Merci Brendan et bon après-midi à tous. Nous espérons que vous et vos familles vous portez bien. Nos pensées vont à tous ceux qui ont été touchés par COVID-19.

Western Union est déterminé à faire sa part en étant à la hauteur de nos responsabilités en tant que l'une des marques mondiales les plus fiables, en fournissant des services essentiels à des millions de clients dans le monde entier en cette période sans précédent et difficile. Nous sommes reconnaissants à tous les héros et travailleurs essentiels de première ligne ainsi qu'à nos employés et partenaires qui travaillent sans relâche pour lutter contre cette crise économique et sanitaire mondiale.

Lors de notre appel aujourd'hui, notre directeur financier, Raj Agrawal, et moi-même partagerons avec vous comment Western Union navigue dans l'environnement actuel et discuterons de nos résultats du premier trimestre. Nous partagerons également notre point de vue sur l'environnement du marché touché par COVID-19 et donnerons notre point de vue sur les tendances économiques et les tendances des clients.

La pandémie de COVID-19 a mis fin à la vie sociale et commerciale. Les marchés boursiers ont été en ébullition, les projections de croissance du PIB mondial ont chuté à des creux presque historiques et les taux de chômage dans de nombreux pays ont bondi.

Les effets de cette pandémie déclenchent probablement l'un des plus grands chocs économiques du siècle dernier. Notre industrie ne fait pas exception et nous subissons les effets de la pandémie de COVID-19. Outre les flux migratoires, des indicateurs économiques tels que la croissance du PIB et les niveaux d'emploi indiquent le comportement des consommateurs et l'activité des entreprises. Cependant, je suis heureux de dire que les décisions stratégiques et les investissements que nous avons faits chez Western Union au cours des dernières années ont jeté les bases pour nous permettre de naviguer vers cette crise sans précédent à partir d'une position de force. Nous avons l'une des marques de consommation mondiales les plus fiables. Notre solide bilan d'entreprise et notre situation financière saine sont soutenus par un flux de trésorerie d'exploitation annuel et une cote de crédit de première qualité très solides et une facilité de crédit renouvelable non utilisée.

Notre modèle d'exploitation et nos outils de gestion allégée WU Way nous donnent la flexibilité financière nécessaire pour soutenir nos opérations ainsi que nos priorités en matière d'allocation de capital. En outre, le contexte de COVID-19 a mis en évidence l'importance de la nouvelle stratégie mondiale que nous avons présentée lors de notre Journée des investisseurs en septembre 2019. Il a non seulement confirmé mais accéléré la mise en œuvre de nos priorités stratégiques pour 2020 et au-delà, y compris l'expansion de nos capacités numériques, la diversification de notre réseau mondial de paiements et l'ouverture de notre plateforme transfrontalière à de nouveaux cas d'utilisation et partenaires. Ces fondamentaux, associés à une approche prudente et diligente que nous avons adoptée pour naviguer dans la première phase de COVID-19, nous permettront de continuer à soutenir nos clients et nos clients alors que le monde réagit à COVID-19.

Bien que le moment de la reprise après la pandémie et le rebond de l'économie mondiale soit actuellement incertain, nous restons concentrés sur le meilleur positionnement de notre entreprise pour le succès, à la fois pendant et après le monde COVID-19.

Permettez-moi maintenant de vous expliquer les piliers de notre réponse COVID-19. En tant qu'organisation, notre priorité absolue pendant la crise est la sécurité et le bien-être de toutes nos parties prenantes. Voici donc ce que nous faisons. Pour nos employés, nous soutenons la sécurité, la santé et la sécurité financière de nos talents mondiaux avec des mesures telles que des programmes d'aide aux employés étendus, une politique de travail à domicile et l'infrastructure technologique qui permet à nos équipes de fonctionner au même niveau élevé tout en opérant. dans le cadre des plans de continuité des activités.

Pour nos clients, nous accélérons le déploiement des services numériques et introduisons de nouvelles solutions pour aider les clients à transférer de l'argent et à effectuer des paiements dans le monde entier. Par exemple, nous avons récemment lancé westernunion.com dans d'autres pays, permettant à nos clients d'envoyer des fonds numériquement dans le monde, désormais depuis plus de 75 pays. Nous avons introduit un service de localisation numérique dans 10 pays qui aide les clients à effectuer des transactions numériques pour les appels vocaux et vidéo de l'assistant. De plus, nous élargissons notre service de paiement en travaillant avec des agents pour assurer la livraison à domicile du transfert d'argent dans certains pays où les couvre-feux restreignent le mouvement de nos récepteurs.

Nous avons également accéléré l'expansion de nos capacités de paiement en temps réel. Depuis des décennies, nous effectuons des transactions en quelques minutes dans environ 130 devises au sein de notre vaste réseau mondial de vente au détail. Au cours des dernières années, nous avons diversifié notre réseau de distribution pour inclure plus de 4 milliards de comptes et portefeuilles dans plus de 100 pays. Les améliorations récentes apportées à notre réseau de paiement permettent désormais aux clients d'envoyer des fonds sur des comptes bancaires et des portefeuilles dans 50 pays en quelques minutes. De plus, nous travaillons avec nos partenaires agents mondiaux pour créer un environnement de vente au détail sûr en mettant en œuvre des mesures de distanciation sociale et des procédures de sécurité conçues pour protéger les associés et les clients de première ligne.

Bien que la grande majorité de nos sites d'agent restent ouverts en tant que services essentiels, nous proposons un outil de localisation d'agent mondial mis à jour plusieurs fois par jour pour tenir nos clients informés de la disponibilité de notre réseau d'agents.

Pour les communautés. Pour soutenir les communautés du monde entier, Western Union et la Western Union Foundation ont promis des fonds importants dans la lutte contre COVID-19, qui soutiendront les efforts nationaux de lutte contre la faim et les systèmes de santé mondiaux. Pour montrer notre appréciation aux héros de première ligne, cette semaine, nous lancerons des rabais sur nos canaux numériques pour les premiers intervenants et les travailleurs des services essentiels à travers le monde.

Enfin et surtout, nous avons également continué à nous efforcer d'être les administrateurs du capital des actionnaires. Nous mettons davantage l'accent sur la discipline des coûts, l'efficacité et la priorisation des investissements. La gestion rigoureuse de notre situation financière garantit que nous sommes prêts à relever les défis actuels et à réussir à long terme. Nos priorités en matière d'allocation de capital restent inchangées. En plus de continuer à investir dans nos activités et dans des initiatives de croissance, nous prévoyons continuer de reverser des liquidités par le biais de dividendes trimestriels à nos actionnaires.

Permettez-moi maintenant de récapituler notre performance du premier trimestre. Notre premier trimestre a commencé solide. Et jusqu'à la mi-mars, notre activité a bien performé et correspond à nos objectifs. Au cours de la seconde moitié de mars, nos transactions ont chuté de manière significative en raison de l'impact du spread mondial de COVID-19. À la lumière des tendances de performance observées et de l'incertitude croissante causée par COVID-19, nous avons retiré nos perspectives financières 2020 le 27 mars.

Le chiffre d'affaires du premier trimestre a diminué de 1% à taux de change constant ajusté, y compris une croissance saine des revenus numériques de 22%. Notre marge d'exploitation ajustée a augmenté à 20,5% et le BPA ajusté a augmenté de 7% d'une année à l'autre pour s'établir à 0,44 $.

Étant donné que l'incertitude concernant COVID-19 reste élevée et que les implications économiques mondiales commencent à se manifester, nous ne rétablissons pas les perspectives 2020 pour le moment.

Sur une note positive, ces derniers jours, nous sommes encouragés de voir des indications que les tendances des clients et des transactions se stabilisent, devenant même positives sur quelques marchés sortants comme l'Allemagne et la Suisse. Nous assistons également à des évolutions positives sur certains marchés clés où les politiques de verrouillage se relâchent.

J'aimerais maintenant discuter de certains points de vue sur l'environnement du marché mondial dans lequel nous opérons actuellement et les tendances des clients que nous observons. Très tôt, un certain nombre d'industries qui dépendent des travailleurs migrants ont été durement touchées par l'impact économique de COVID-19. En conséquence, certains travailleurs ont moins de capacité de renvoyer du soutien dans leur pays d'origine. Fin avril, la Banque mondiale a publié une prévision prévoyant une baisse de 20% des envois de fonds mondiaux en 2020.

Même si nous pensons que ces prévisions sont trop pessimistes, nous nous attendons à ce que le volume des envois de fonds diminue cette année. Alors que nous triangulons les projections de diverses institutions, il est de la plus haute importance de rester concentrés sur les besoins et les sentiments de nos clients. Malgré les perspectives économiques futures et l'incertitude relative à l'emploi, nous savons par des panels et des enquêtes que nos consommateurs souhaitent toujours continuer à envoyer de l'argent.

Nos consommateurs sont très motivés pour soutenir les familles et les proches à la maison et sont généralement résilients dans leurs efforts pour le faire. Nous en avons été un exemple lors de la crise financière mondiale. COVID-19 a également accéléré un changement de comportement des consommateurs et conduit à une utilisation accrue des canaux numériques. Les clients nous disent qu'il est important pour eux d'utiliser une marque de confiance lors du passage aux options d'envoi numérique. Nous pensons que c'est un facteur que notre transaction numérique fonctionne si bien, une combinaison de changements de canaux par certains consommateurs existants et une forte acquisition de nouveaux clients.

Passons à notre activité de paiement. Notre segment Solutions d'affaires a été moins touché par COVID-19 au premier trimestre en raison de solides revenus de couverture de change et de certains secteurs verticaux clés des paiements, comme les institutions financières, qui ont bien performé. Bien que COVID-19 ait également un impact sur nos activités de paiement à court terme, la solide franchise de Western Union devrait être un avantage alors que l'industrie traverse ce ralentissement économique. À long terme, nous croyons que nos opérations de solutions d'affaires continueront de prospérer.

Pour résumer, COVID-19 a un impact significatif sur nos activités. Cependant, nous nous attendons à ce que cet impact soit temporaire. Western Union ainsi que nos consommateurs procèdent à des ajustements proactifs pour gérer cette période de perturbation. Dans le même temps, nous nous apprêtons à capitaliser sur les opportunités émergentes à partir du moment où nous nous attendons à devenir une phase de transformation accélérée de l'industrie. Sur la base des premiers signes que nous constatons dans quelques pays à la fin du mois d'avril, nous nous attendons à être bien placés pour saisir ces opportunités.

Notre vision d'être un leader dans le mouvement et le paiement transfrontaliers et transfrontaliers a été soulignée par de solides fondamentaux, y compris une marque mondiale de confiance avec plus de 90% de reconnaissance de marque; une solide plate-forme numérique transfrontalière de mouvement d'argent; et un réseau mondial de paiements inégalé et en expansion, composé de 550 000 points de vente au détail et de milliards de comptes bancaires et de portefeuilles mobiles pour desservir une base de 150 millions de consommateurs mondiaux et des milliers d'entreprises mondiales.

Notre modèle économique résilient offrant une rentabilité solide s'est révélé une fois de plus vital en période de croissance et encore plus en période de crise. Lorsque le monde sortira de la crise du COVID-19, nous pensons que Western Union restera bien positionnée pour concurrencer sur le marché transfrontalier des paiements et des envois de fonds, vaste et fragmenté. Bien que nous soyons l'un des principaux acteurs du marché des envois de fonds, estimé à 700 milliards de dollars de capital annuel, notre part reste faible et nous voyons de nombreuses opportunités de croissance. Nous voyons également des opportunités de croissance de notre part sur le marché des paiements transfrontaliers.

Je voudrais maintenant vous fournir une brève mise à jour de la stratégie. Nous continuons de bien exécuter la nouvelle stratégie mondiale que nous avons présentée lors de notre Journée des investisseurs en septembre: améliorer notre réseau mondial, stimuler notre croissance numérique, ouvrir notre plateforme à de nouveaux cas d'utilisation et optimiser notre organisation. S'appuyant sur la force de notre vaste réseau mondial de vente au détail, nous avons élargi notre réseau de distribution de comptes bancaires au cours du trimestre, qui comprend désormais plus de 100 pays. Nous voyons des preuves que ces actions commencent à porter leurs fruits. Au premier trimestre du réseau de paiement des comptes, les transactions ont augmenté de plus de 90%.

Dans le cadre de nos initiatives d'optimisation du réseau, nous avons continué de générer des économies de commissions grâce à une combinaison de renégociations et de changements de mix de canaux. De plus, notre objectif d'optimiser notre organisation et d'augmenter les marges avec notre programme de productivité WU Way progresse bien.

Sur les initiatives de croissance, notre activité numérique grand public a augmenté ses revenus du premier trimestre de 22% à taux de change constant, et nous assistons à une accélération de la croissance des transactions au cours des derniers mois. En fait, pour le mois d'avril, environ 30% de nos transactions C2C totales ont été générées par les canaux numériques. Nous sommes très satisfaits de cette croissance et nous évaluons actuellement un certain nombre d'initiatives pour améliorer davantage notre activité numérique pendant cette période où davantage de consommateurs et de partenaires recherchent des services numériques fiables et de haute qualité auprès de marques de confiance comme Western Union.

Business Solutions poursuit également son cheminement numérique. Nous voyons actuellement environ 1/3 de nos clients commerciaux en libre-service numériques à travers leurs besoins grâce à notre plateforme en ligne, EDGE. Au premier trimestre, nous avons atteint un jalon important de 1 million de transactions sur EDGE, avec un taux de transactions de paiements répétés de plus de 90%.

Donc, dans l'ensemble, nous sommes satisfaits de nos initiatives stratégiques à long terme. Et avant de passer à Raj pour discuter en détail des résultats financiers, permettez-moi une fois de plus de reconnaître et de remercier les millions de nos clients à travers le monde qui font confiance à nos services, dont beaucoup sont les héros de première ligne. Ce sont des infirmières, des épicières ou des ambulanciers. Tout en mettant leur vie en danger et en soutenant des millions de personnes qui s'abritent dans le monde, en même temps, ils soutiennent leurs proches, souvent loin d'eux, en envoyant de l'argent chez eux.

Je suis confiant en tant que communauté mondiale et entreprise solide, nous traverserons ensemble cette période difficile. Je reste enthousiasmé par les perspectives à long terme et je tiens à remercier tous nos actionnaires pour leur confiance et l'équipe de Western Union pour leur travail acharné et leur engagement.

Sur ce, je cède la parole à Raj.

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – Directeur financier (4)

————————————————– ——————————

Merci, Hikmet, et bon après-midi à tous. Aujourd'hui, je vais commencer par passer en revue nos résultats du premier trimestre, puis donner un aperçu de nos plans de gestion pendant la crise du COVID-19. Pour améliorer la comparabilité avec les résultats de l'exercice précédent et mieux refléter les activités en cours, nos résultats ajustés ont exclu l'impact des désinvestissements de Speedpay et Paymap des revenus et des coûts associés aux initiatives de restructuration et aux fusions et acquisitions.

Avant d'entrer dans nos résultats du premier trimestre, je voudrais fournir un contexte sur l'impact de COVID-19 au cours du trimestre.

Jusqu'à la mi-mars, l'impact de COVID-19 sur nos activités était principalement limité à la Chine et, dans une certaine mesure, à l'Italie. Dans l'ensemble, nos activités ont été conformes aux attentes sous-jacentes à nos perspectives financières initiales pour 2020. À la fin du mois de mars, alors que la propagation du COVID-19 s'accélérait et que les commandes à domicile étaient mises en œuvre, nous avons commencé à connaître une baisse importante des transactions de consommateur à consommateur. Dans les derniers jours de mars, les taux de déclin étaient d'environ 30%. Compte tenu de l'ampleur et de la durée incertaine de cette perturbation, il est devenu clair que nous ne pouvions raisonnablement pas projeter l'impact de COVID-19 sur nos résultats financiers 2020. Le 27 mars, nous avons donc retiré nos perspectives financières 2020.

Depuis lors, les tendances du mois d'avril se sont améliorées par rapport à mars, les transactions C2C diminuant de 21%. Je vous donnerai quelques réflexions sur la façon dont COVID-19 pourrait affecter nos activités en 2020 dans quelques minutes.

Passons à nos résultats du premier trimestre. Les revenus du premier trimestre de 1,2 milliard de dollars ont diminué de 11% par rapport à la période de l'exercice précédent, principalement en raison des désinvestissements, tandis que les revenus ajustés en devises constantes, qui excluent nos activités cédées au cours de la période de l'exercice précédent, ont diminué de 1%. La conversion des devises, nette de l'impact des couvertures, a réduit les revenus du premier trimestre d'environ 47 millions de dollars par rapport à l'année précédente, principalement en raison de la dépréciation du peso argentin. La baisse du peso a eu un impact négatif de 3% sur les revenus déclarés, tandis que l'inflation effective sur nos activités en Argentine aurait eu un impact positif sur les revenus déclarés et en devises constantes d'environ 1%.

Dans le segment consommateur à consommateur, le chiffre d'affaires publié a reculé de 4%, ou 3% à taux de change constant. Les transactions ont diminué de 3%, principalement en raison de l'impact de l'épidémie de COVID-19 sur les marchés sortants. Nous prévoyons généralement que la demande de transferts d'argent restera forte pour nos marchés entrants. Mais à court terme, l'impact économique de la crise réduira la capacité des expéditeurs à répondre à cette demande entrante.

Le principal transfrontalier total du C2C est stable ou augmente de 2% à taux de change constant. Le principal par transaction a augmenté de 2% ou de 4% à taux de change constant. L'écart entre la transaction C2C et la croissance du chiffre d'affaires au cours du trimestre a été de 1%, avec un impact négatif de 1% sur la devise.

Les prix étaient plus élevés au premier trimestre par rapport à la période de l'exercice précédent, mais ont été contrebalancés par l'impact négatif du mix.

Passons aux résultats régionaux. Mon commentaire d'aujourd'hui portera sur les développements qui reflètent les tendances plus larges que nous observons dans notre entreprise. Le chiffre d'affaires en Amérique du Nord a baissé de 2% en devises publiées et constantes, tandis que les transactions ont diminué de 5%. Les performances d'avant COVID-19 étaient conformes aux attentes internes. Nous avons observé une forte croissance dans le couloir des États-Unis vers le Mexique, bénéficiant du peso plus faible, tandis que les transactions de transfert d'argent intérieur ont continué de baisser.

La croissance des transactions transfrontalières numériques en Amérique du Nord est restée forte, bénéficiant probablement de certains changements de canaux de distribution. De même, nous avons constaté une augmentation des paiements sur le compte au cours du trimestre. Le chiffre d'affaires dans la région Europe et CEI a diminué de 5% à la fois en données publiées et en devises constantes. Les transactions ont augmenté de 1%, la croissance en Russie bénéficiant du partenariat avec la Sberbank ayant été compensée par des baisses en Italie, au Royaume-Uni et en France. La croissance des revenus déclarés et en devises constantes a été affectée négativement par le fléchissement des tendances dans le commerce de détail en raison de COVID-19. Cependant, notre activité numérique a continué de gagner du terrain, en particulier en mars, avec une forte croissance des revenus et des transactions.

Une tendance positive notable à souligner est que, ces derniers jours, l'Allemagne, la Suisse et les Pays-Bas sont maintenant de retour à des trajectoires de croissance antérieures à COVID-19.

Le chiffre d'affaires au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud a augmenté de 3%, en devises publiées et constantes, sur une croissance des transactions de 1%. Notre partenariat avec Saudi Telecom a continué d'être un moteur de croissance clé au cours du trimestre. Les envois vers l'Inde, notamment de la région du Golfe, ont eu un impact négatif sur la croissance.

Le chiffre d'affaires de la région Amérique latine et Caraïbes a baissé de 11% en données publiées, soit 3% en devises constantes sur des baisses de transactions de 5%. Les troubles civils qui ont touché le quatrième trimestre de 2019 se sont apaisés, mais ont cédé la place à l'impact de COVID-19. L'Argentine a été la principale source de pression, car les réponses politiques de COVID-19 ont entraîné des fermetures importantes de sites.

À l'instar d'autres marchés connaissant des blocages, nous avons constaté une augmentation des transactions de transfert d'argent numérique et également l'adoption du paiement par portefeuille numérique.

Le chiffre d'affaires de la région APAC a baissé de 10% en données publiées, soit 9% en devises constantes. Les transactions ont baissé de 14% dans la région, tirées principalement par l'activité domestique aux Philippines, qui a un impact limité sur le chiffre d'affaires.

Pour notre activité globale de transfert d'argent numérique, les revenus ont augmenté de 21%, ou 22% en devises constantes au cours du trimestre, y compris westernunion.com et notre marque blanche tierce et nos partenariats numériques co-marqués. Les revenus de transfert d'argent numérique ont représenté 16% du total des revenus C2C au cours du trimestre. Le chiffre d'affaires de westernunion.com a augmenté de 13%, soit 14% en devise constante. Les revenus transfrontaliers de westernunion.com ont augmenté d'environ 23%, ce qui a été partiellement compensé par une baisse des transferts d'argent nationaux.

Pour le mois d'avril, la croissance des transactions sur westernunion.com s'est accélérée. Le chiffre d'affaires Business Solutions a augmenté de 3% en données publiées, soit 5% à taux de change constant, et a représenté 8% du chiffre d'affaires de la société au cours du trimestre.

De solides revenus de couverture de change en Europe ont été un facteur clé de la croissance constante de la devise.

Les autres revenus, qui consistent principalement en nos activités de paiement de factures de détail aux États-Unis et en Argentine, ont diminué de 59% au cours du trimestre, ce qui reflète principalement l'incidence des désinvestissements de 2019. L'activité sans rendez-vous de Pago Facil en Argentine a enregistré une bonne augmentation des transactions et une croissance des revenus en monnaie locale. Les autres revenus ont représenté 7% du total des revenus de l'entreprise au cours du trimestre.

Passons aux marges et à la rentabilité. Nous nous concentrerons sur les marges consolidées, car les marges sectorielles ne sont pas comparables à la période de l'exercice précédent en raison des désinvestissements et d'autres changements d'affectation des coûts au premier trimestre de 2020, et de l'impact COVID-19 sur les segments. Nous fournissons également des paramètres ajustés pour exclure les frais de restructuration, les fusions et acquisitions et les effets fiscaux connexes.

La marge d'exploitation GAAP consolidée était de 19,6% au cours du trimestre, contre 18,8% à la même période de l'exercice précédent. Cette augmentation est principalement attribuable aux économies réalisées grâce à notre programme de productivité et à la baisse des charges de rémunération, partiellement contrebalancées par les désinvestissements et les variations de change. Nous avons engagé des dépenses de restructuration de 11 millions de dollars au premier trimestre, liées à des initiatives de productivité.

Nous prévoyons toujours des dépenses de restructuration totales de 150 millions de dollars liées à notre programme de productivité. Et à ce jour, nous avons engagé 126 millions de dollars.

La marge d'exploitation ajustée au premier trimestre a été de 20,5% contre 19,3% au cours de la période de l'exercice précédent, l'augmentation étant entraînée par les mêmes facteurs mentionnés ci-dessus et ajustée pour les coûts de restructuration et de fusion-acquisition. Speedpay a contribué environ 40 points de base aux marges du premier trimestre de l'an dernier, tandis que les couvertures de change ont procuré un avantage de 10 millions de dollars au cours du trimestre en cours et un avantage de 5 millions de dollars au cours de la période de l'exercice précédent.

Le taux d'imposition effectif PCGR était de 12,5% au cours du trimestre, contre 19,9% au cours de la période de l'exercice précédent, tandis que le taux d'imposition ajusté était de 12,5%, contre 20% au cours de la période de l'exercice précédent.

La diminution des PCGR et des taux d'imposition ajustés est principalement attribuable aux obligations fiscales liées aux projets découlant des désinvestissements de la période de l'exercice précédent et à des avantages fiscaux distincts plus importants au cours de la période considérée.

Le bénéfice par action GAAP du trimestre était de 0,42 $, contre 0,39 $ pour la période de l'exercice précédent, et le bénéfice par action ajusté pour le trimestre était de 0,44 $, contre 0,41 $ pour la période de l'exercice précédent. L'augmentation d'une année à l'autre des PCGR et du BPA ajusté est principalement attribuable aux économies de productivité, à la baisse des charges de rémunération, à un taux d'imposition effectif moins élevé et à moins d'actions en circulation, partiellement contrebalancées par les désinvestissements.

Passons maintenant à notre flux de trésorerie et à notre bilan. Les flux de trésorerie GAAP provenant des activités d'exploitation se sont élevés à 112 millions de dollars pour le trimestre. La baisse d'une année à l'autre des flux de trésorerie liés à l'exploitation est principalement attribuable au calendrier des dettes et des passifs. Nous prévoyons une forte conversion continue des flux de trésorerie disponibles en 2020. Les dépenses en immobilisations du trimestre se sont élevées à environ 36 millions de dollars. À la fin du trimestre, nous avions une trésorerie de 1,1 milliard de dollars et une dette de 3,1 milliards de dollars.

Nous avons remis près de 310 millions de dollars aux actionnaires au premier trimestre, dont 92 millions de dollars en dividendes et 217 millions de dollars de rachats d'actions, ce qui représentait environ 8,5 millions d'actions. Le nombre d'actions en circulation à la fin du trimestre était de 411 millions d'actions, et il nous restait 783 millions de dollars en vertu de notre autorisation de rachat d'actions, qui expire en décembre 2021.

Comme Hikmet l'a souligné plus tôt, notre entreprise était en position de force lorsque la crise COVID-19 a éclaté. Nous pensons donc que nous pouvons résister à cette période de perturbation mieux que beaucoup et en sortir avec un bon élan pour exécuter notre stratégie et réaliser de nouvelles opportunités potentielles.

Comme indiqué précédemment, nous ne rétablissons pas les objectifs financiers formels pour 2020 en raison des niveaux élevés d'incertitude. Nous discuterons de certains facteurs que nous considérons dans nos efforts de planification. Notre entreprise est liée à l'activité économique mondiale, avec une exposition plus élevée aux marchés développés. Les prévisions actuelles pour les envois de fonds mondiaux en 2020 varient de 3,5% à 20%, et aucun facteur ne permet de prédire avec précision.

Donc, pour les besoins de notre discussion, nous nous concentrerons sur la voie potentielle vers l'activité économique mondiale au cours de 2020. Selon un certain nombre de prévisions, il semblerait que l'activité économique mondiale devrait se terminer au deuxième trimestre 2020, et avec l'assouplissement des politiques restrictives, s'améliorer progressivement tout au long du second semestre 2020 et jusqu'en 2021. À l'heure actuelle, nous pensons que c'est une trajectoire raisonnable à considérer pour notre entreprise.

Dans ce type de scénario, nous pensons que nous pouvons offrir des marges solides, bien qu'il y ait probablement une variation trimestrielle importante avec les revenus. Notre structure de coûts est approximativement 60% variable et 40% fixe, ce qui fournit un tampon de marge inhérent.

De plus, nous pouvons effectuer d'autres ajustements de coûts fixes pour nous aligner sur les tendances des revenus. Par exemple, nous avons retardé les nouvelles embauches, reporté tous les déplacements non essentiels et priorisons les investissements. Le niveau des réductions de dépenses supplémentaires à court terme que nous réalisons dépend également en partie de la durée et de la gravité des baisses.

Nous continuons de viser 150 millions de dollars d'économies annuelles jusqu'en 2022 liées au programme de productivité que nous avons commencé l'an dernier, et nous sommes en voie de réaliser 1/3 de ces économies en 2020. Compte tenu de notre génération de flux de trésorerie et de notre bilan solide, notre situation financière reste fort. Cela s'est reflété dans notre cote de crédit de première qualité, qui demeure une priorité élevée pour l'entreprise.

Nous disposons d'une facilité de crédit renouvelable non utilisée de 1,5 milliard de dollars et nous finançons les besoins en fonds de roulement à court terme par le biais du marché du papier commercial, qui était inférieur à 100 millions de dollars à la fin du premier trimestre. Nous n'avons pas d'échéance de dette significative jusqu'en 2022.

Nos priorités en matière d'allocation de capital restent inchangées. Nos principales priorités restent d'investir pour soutenir nos activités existantes et nos initiatives de croissance, et de remettre de l'argent aux actionnaires grâce au dividende trimestriel. Nous continuons d'évaluer les opportunités de fusions et acquisitions, puis, dans la mesure où nous avons un excédent de trésorerie, nous le restituons aux actionnaires par le biais de rachats d'actions. À l'heure actuelle, les rachats d'actions ont été temporairement bloqués, car nous pensons qu'il est prudent de conserver le capital jusqu'à ce qu'il y ait une meilleure visibilité sur la façon dont la perturbation de COVID-19 se joue.

Pour récapituler, malgré la perturbation économique actuelle, nous pensons que nous sommes bien placés pour réussir à l'avenir. Nous opérons sur un marché vaste et historiquement stable. Nous avons un modèle d'exploitation qui offre de la flexibilité, avec 60% de nos coûts variables. Nous réalisons nos objectifs stratégiques pour stimuler la croissance et nous opérons dans une position de solidité financière. Merci d'avoir rejoint notre appel aujourd'hui. Et opérateur, nous sommes maintenant prêts à répondre aux questions.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur (1)

————————————————– ——————————

(Instructions pour l'opérateur) La première question vient de Tien-Tsin Huang de JPMorgan.

————————————————– ——————————

Tien-Tsin Huang, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste principal (2)

————————————————– ——————————

J'espère que vous allez bien et que vous êtes sain et sauf. Le – oui, je pense que la façon dont vous avez exposé les résultats sur les revenus est logique et le retrait des orientations est logique. Mais Raj, du côté des dépenses, ai-je bien entendu, il semble que nous devrions supposer que vos dépenses d'ici ou du côté fixe devraient être relativement stables, puis nous devrions supposer les 50 millions de dollars d'économies qui en découlent? Est-ce que c'est le cas de base? Y a-t-il une possibilité d'avancer une partie des 100 millions de dollars supplémentaires cette année, si besoin est?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – Directeur financier (3)

————————————————– ——————————

Oui. Je pense que la façon d'y penser, Tien-Tsin, est que nous visons toujours les 150 millions de dollars d'économies sur le taux d'exécution en 3 ans des programmes que nous avons lancés l'année dernière. Mais nous avons probablement des opportunités supplémentaires cette année avec des économies de coûts fixes, et cela dépend en grande partie de la façon dont les revenus se déroulent également. Nous avons donc déjà arrêté d'embaucher de nouveaux rôles importants. Nous avons déjà – et les voyages sont également limités, évidemment, dans cet environnement. Nous priorisons également certains des investissements clés que nous voulons faire. Il y a donc certainement plus de possibilités d'économies au-delà des 50 millions de dollars à court terme, je dirais, Tien-Tsin.

————————————————– ——————————

Tien-Tsin Huang, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste principal (4)

————————————————– ——————————

D'accord. Je l'ai. Et puis juste mon suivi rapide sur la – en pensant aux effets de second ordre de la pandémie et du changement de mix numérique par rapport au traditionnel, l'hypothèse est quoi? Assiste-t-on à une conversion plus rapide des clients traditionnels au numérique? Ou les nouveaux clients numériques sont-ils encore principalement nouveaux pour Western Union? J'essaie juste de comprendre cette interaction. Et puis peut-être aussi juste une mise à jour de votre profit ou de vos marges du côté numérique par rapport au traditionnel.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – Président, PDG et directeur (5)

————————————————– ——————————

Oui. Permettez-moi de prendre la première partie, en disant que la plupart des clients sont nouveaux dans ce numérique. As you know, we have 2 digitals. One is with digital partners, one is with westernunion.com, and that — especially in the westernunion.com, we see new customers continuing to be new customers, but we do also see some conversions. As people are locked down, they are subjects of lockdown orders to regulators in many countries. They just can't go out of the — to the street and make transactions. Many people do choose westernunion.com. They are very loyal to our brand, and they do use westernunion.com. But many, many customers are joining us as a new customers, especially on the digital side — digital partner side, sorry, all are new, right? As you know, as we rolled out with the digital partners, new customer segments, they are new to our network. Raj, do you want to talk about the profitability there?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (6)

————————————————– ——————————

Oui. Oui. I mean I think, Tien-Tsin, just this environment really reinforces why our digital strategy is so good and why it's going to continue to be very beneficial to us. Our digital business overall is very profitable, both for branded and nonbranded offerings. We look at largely as incremental business, incremental customers. If you break it down a little bit, westernunion.com has a relatively high RPT or revenue per transaction. It's a little bit lower than retail, but relatively close. And then the gross margins on that business on a percentage basis are not too dissimilar from retail. So it's a very profitable business.

And then on the partnership side, we are more of a processor of transactions, as we've talked before, and we don't have a lot of cost in that process. So we have a lower starting point in terms of revenue per transaction, but the margins are very high in the white label side and it's still early stages, I would say. We don't have a lot of those partnerships yet, and so we're still learning, but it certainly has driven a lot of good growth in the overall business.

————————————————– ——————————

Tien-Tsin Huang, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Senior Analyst (7)

————————————————– ——————————

Oui. And I would think the real-time account payout network building out quickly has got to help a little bit.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (8)

————————————————– ——————————

Oui. It does, Tien-Tsin.

————————————————– ——————————

Operator (9)

————————————————– ——————————

The next question comes from Jason Kupferberg of Bank of America.

————————————————– ——————————

Jason Alan Kupferberg, BofA Merrill Lynch, Research Division – MD in US Equity Research & Senior Analyst (10)

————————————————– ——————————

I just wanted to start with a question picking up on some of the comments about April. I think you said down 21% for the month in terms of the C2C transactions versus the 30% exiting March, so obviously some improvement there. Can you just talk about how you kind of exited April? Whether that's the last few days, week, whatever you think the right way to talk about it is, because it sounded like you had a couple of outbound corridors that got back to pre-COVID level. So I just wanted to see where we actually exited April?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (11)

————————————————– ——————————

Oui. Jason, we entered April at about the same rate of decline, so about minus 30-or-so, and it did improve sequentially throughout the month. So we exited the month better. I would just say we're really focused on the total month performance at minus 21, but certainly, we saw some positive signs as we moved through the course of the month. And certain markets began to open up later in the month, like Germany and Switzerland, Netherlands, and that did have a positive impact. And for that reason, we think that second quarter is likely to be the lowest quarter for us from a revenue and a profit margin standpoint, and it should improve based on what the forecast that exists externally after we get to the second quarter. So it was positive in the month of April, so relatively speaking.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (12)

————————————————– ——————————

I think, Jason, if you look at the digital growth in April, was impressive, right? Obviously, as I mentioned earlier, our digital strategies are working. We were coming with a higher 20% now in April is even 32% growth on transactions on digital overall April within that environment. And don't forget, we are one of the largest in digital. We have about $600 million revenue last year, right? In 2019, we had $600 million growing from that basis is really great. We are now in 75 countries with our dot-com business. And then we have many, many digital partners, like white label digital partners globally. So I am proud what we have done. The team has done a good thing in the right time putting the digital. Especially during this crisis, it's really great to see.

————————————————– ——————————

Jason Alan Kupferberg, BofA Merrill Lynch, Research Division – MD in US Equity Research & Senior Analyst (13)

————————————————– ——————————

Just to pick up on that. I mean do you have a view at this point, how much of the uptake of digital will end up manifesting itself in terms of permanent consumer behavior change? There's a lot of talk about that more broadly in other parts of the payments industry. I'm curious how you're thinking about it within the remittance market, even once we're on the other side of the virus?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (14)

————————————————– ——————————

Oui. I think, as you know, we have a network of digital and retail. Obviously, globally, we have about 550,000 locations and about 4 billion accounts. The current customers are new, Jason. Most of them are new to our network and they are sticky. We know that they are loyal, and we do have loyalty programs to keep them in our network, and they stay within the network. I think that once you start with the — especially during the crisis, with the trusted environment, I think you stay. And we do have, worldwide, about 150 million customers, as I outlined in the last meeting, at our Investor Day meeting. We are going more on our ecosystem — around the consumer ecosystem. We are building that, keeping the loyalty, adding additional products and making them more loyal to our brand.

So the good news is that the digital customer segments and new customer segment, as you know, you need to fund on a credit card or bank account. On the retail, continue to be funded. The fund even has to be collected via cash. And so it's the balance on that. And I — we probably have the best service on that to serving both kind of customer segments.

————————————————– ——————————

Jason Alan Kupferberg, BofA Merrill Lynch, Research Division – MD in US Equity Research & Senior Analyst (15)

————————————————– ——————————

And just last quick one for me for Raj. I mean I know your adjusted operating margins were up 120 basis points here in the first quarter. You're going to obviously feel a good amount of revenue pressure in the second quarter. But on a full year basis, do you feel like your adjusted operating margins can increase year-over-year?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (16)

————————————————– ——————————

Oui. I don't really have an outlook to give you for that, Jason. A lot of it is going to depend on the level of revenue trajectory that we get. So if we had a better feel to the exact revenue outcome, we'd be able to give you that. I do think we're going to drive strong operating margins. We're doing a lot of things, obviously, to drive the original savings burdens that we launched last year, and those are going very well for us. And then we're also looking at incremental cost savings this year. So we can mitigate the impact of some revenue decline, obviously, not all of it. And I do expect the second quarter is going to be the lowest from a revenue and profit standpoint, but hopefully, we'll improve from there. And you can look at the first quarter, it's not necessarily indicative of the entire year, but we were down in revenue, but we actually were able to increase our margins year-over-year and that's positive. So we're going to do everything we can to maximize the profits without really — without impacting the long-term investments we're going to continue to make. So we'll balance both those things as well as we can.

————————————————– ——————————

Operator (17)

————————————————– ——————————

(Operator Instructions) The next question comes from Darrin Peller of Wolfe Research.

————————————————– ——————————

Darrin David Peller, Wolfe Research, LLC – MD & Senior Analyst (18)

————————————————– ——————————

Can you hear me okay?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (19)

————————————————– ——————————

Oui. Oui.

————————————————– ——————————

Darrin David Peller, Wolfe Research, LLC – MD & Senior Analyst (20)

————————————————– ——————————

Génial. When we look through 2020 and into '21, the competitive dynamics in the landscape is probably going to shift a lot. And so you, hopefully, will be doing a lot more digital, and that's good for growth. We'll see how it plays out on revenue yields and margins, but positions you well. I think there's also potentially maybe more competition on digital than retail, but there may be some very large retail competitors who may not exist or could be challenged through this given liquidity position that they have versus you guys. Can you touch on your positioning to maybe take share through this from a competitive standpoint versus, especially, on the retail side?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (21)

————————————————– ——————————

Sûr. Let me take that, Raj. As you know, we are both in home offices. So we coordinate that answer side. Look, Darrin, I think that, first of all, on the digital success, that's going to continue to happen, I believe especially the combination of our digital network globally and the efforts we put behind that on our payout network and also in real-time payout, that's huge. And we believe we are gaining market share here. I think even though we have huge space here, we are gaining market share compared with competitors. I think some of the competition on the retail money transfer, we are always looking at the environment. As you know, our capital allocation has not changed. We're going to continue to invest in our business. We also look at for if there are any synergies or bigger acquisition opportunities, we will definitely look if it fits with our strategy and if it has a good return. The environment is definitely something we continue to look at that. And — but also we — most important thing also that we're going to return share — return cash back to our shareholders via dividend. So this will continue to happen. And if there is any opportunity that fits in with our strategy, is it in digital site or in the retail side, we will look at it, definitely.

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (22)

————————————————– ——————————

And Darrin, the other thing on the digital side is that the thing that other competitors don't have as much as we do is a great retail network, which, when you combine that with our digital capabilities, it really is a unique offering. And even in this environment, the retail payout capability is highly sought after and — but then we're also expanding into the other digital account payouts. So it's different from the rest of the competition.

————————————————– ——————————

Darrin David Peller, Wolfe Research, LLC – MD & Senior Analyst (23)

————————————————– ——————————

D'accord. Raj, just the follow-up is now for you on the liquidity position and the dividend. And again, it's great to see your liquidity position and commitment there now. I guess if April trends, which were down around 20%, continue, if the world doesn't get that much easier given unemployment levels, and we look through and unemployment stays high and has an impact along with maybe migration. I just want to understand, from your perspective, where we can get to so that you can still pay the dividend without having to worry about credit ratings having to be tweaked or anything along those lines? How confident are you? And what kind of environments actually?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (24)

————————————————– ——————————

Oui. I think there are a lot of ifs in what you asked. And it's hard to predict exactly how things are going to play out. But we don't believe that the dividend is at risk. We feel very good about where we are. And we had a strong position coming in and continue to generate strong cash flows. And I think we would have to be in a very different world that we're in today — from where we're in today for us to think that way. And I think the dividend is very important to the Board of Western Union, the dividend payout, and we understand that it's very important to shareholders as well. So that's something that we're very committed to.

————————————————– ——————————

Operator (25)

————————————————– ——————————

Next question comes from James Faucette of Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

James Eugene Faucette, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director (26)

————————————————– ——————————

First question I wanted to ask was, you've given some pretty good color in terms of where you've seen improvement and improving flows. I'm wondering if you can dive in a little bit there and provide some more nuanced commentary on where you are seeing improvement, can you tie it back to whether — how much maybe related to or what the lag was to beginning of reopening of economic activity versus perhaps consumer stimulus funds that were being distributed? Just looking for some color of how you're thinking about like what's driving the improvement? And then how that could be extrapolated out?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (27)

————————————————– ——————————

Yes, I think that's a great question. If you look at — let me start where we see first decline, where it started. It has, obviously, to do with lockdowns. It's subject to lockdown orders by governments and especially on our dedicated locations. There were shelter-in-place orders. Obviously, people couldn't go on to a retailer to make a transaction. That impacted. But we believe that also the financial pressure is probably the main one which has a factor to our decline. And that — combined with that, so we saw, in late March, the significant decline in our transactions.

So if you look at then the time — over time as the lockdown gets and the stimulus packages get in the U.S., but mainly Germany, Netherlands, Austria and Switzerland, we see improvements there. And as the people could get their stimulus package and they get economical more advanced, they send it — they start to send money. And at the same time, also some Mexico peso weakness versus U.S. We saw also stronger growth there. And coming back on the Mexico pesos weakness helped us to send money to Mexico from the U.S., the corridor.

In fact, Banco de Mexico, Raj, I believe yesterday they gave the numbers, the monthly numbers, and we can see that we are gaining market share there also in Mexico.

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (28)

————————————————– ——————————

Oui.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (29)

————————————————– ——————————

Our numbers have been improving pretty well there. So it is hard to give a general answer, James. It is really much — very much dependent, but economic pressure, financial pressure on our customers is definitely, I would say, the main reason. But at the same time, the lockdowns which were forced on us where some of the locations did impact our business.

————————————————– ——————————

James Eugene Faucette, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director (30)

————————————————– ——————————

That's really useful. And then my follow-up question is just on the matter of pricing. If you can talk a little bit about what you've been seeing in the pricing environment, variations or changes? And where that — any changes may be coming from? And how that's — how you're factoring in potential pricing pressure or competition into at least your general outlook for the rest of the year? Do you expect more pricing competition than historical, less? Just trying to get a gauge of how you're factoring that in.

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (31)

————————————————– ——————————

Oui. I would say that the pricing environment has continued to be relatively stable when you look at it on a global macro basis. So no big changes there. We are continuing to look at all of our thousands of corridors where it's productive to change pricing. And we're always moving pricing up and down, as we said before, James. But I think the primary goal we have is to ensure that we get the best lifetime value of our customer set. So we may do promotional pricing, we may do other things that attract the customer, and that's really what we're going after. We're doing a variety of different things in all of our corridors and by different channels, too, wherever it makes sense. So I don't think pricing in this environment is really going to be a factor versus what it's been historically or at least in recent periods. So we don't see that changing dramatically.

————————————————– ——————————

James Eugene Faucette, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director (32)

————————————————– ——————————

Génial. And thanks for all the hard work keeping critical lifelines for a lot of people to open.

————————————————– ——————————

Operator (33)

————————————————– ——————————

The next question comes from Ramsey El-Assal of Barclays.

————————————————– ——————————

Ramsey Clark El-Assal, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (34)

————————————————– ——————————

I want to follow up on Jason's question from earlier. And speaking about the kind of April trends and the end of April trends, has stimulus — has government stimulus, has it had any impact on outbound volumes from any places where there is stickiness, obviously, like in the U.S.? In other words, is that something that benefits your user base? And then I also wanted to ask about the improvement you were seeing in April. Did you see improvements across the business in terms of walk-in versus digital? Or was it really more digitally focused, which I wouldn't be surprised to hear, but I wanted to ask.

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (35)

————————————————– ——————————

Yes, Ramsey, good questions. I would say that the pressure on the business initially in late March and early April was really driven by people having to stay at home and not being able to get out. And that really continued on even in the month of April. We did see some uptick when stimulus checks and other payments were being made around the world. So that certainly has helped our consumer base. So even though there may be some unemployment that's negatively impacting, I think it's being offset to some degree by all the other payments that are going out to individuals, and that could sustain for a little while until things get back on track.

And then with respect to April trends, it was a more broad-based improvement. Certainly, we saw acceleration in our digital business, but we also saw improvement in retail as things opened up. Germany is a great example where people were back to doing the things that they were doing before. And so not only did digital accelerate, but we also saw improvements in the retail business, which is positive for us.

————————————————– ——————————

Ramsey Clark El-Assal, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (36)

————————————————– ——————————

D'accord. That's really interesting. And then a quick follow-up. I was wondering if you could speak to the tax rate expectations for the year. The number came in a little lower than our model. I'm just trying to figure out how to model that out for the rest of the year. And then just lastly, home delivery, is that something you could scale up? Is that — could that be a new model that accrues a little more importance for Western Union over time? Or is that more of a — the cost structure may not support it?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (37)

————————————————– ——————————

Oui. Let me address the tax question, and then I'll give it to Hikmet on the home delivery. The tax rate was 12.5% in the first quarter. It's in line with roughly what we expect, getting to the mid-teens or so for the full year. Obviously, a number of different scenarios could play out this year, and we don't know exactly which revenue scenario plays out. But we've modeled a number of different potential outcomes and they all seem to spit out something in the mid-teens range for a tax rate. And that's not really the biggest driver, obviously, this year. So that's what I would think about. We had some discrete benefits that helped us in the first quarter, but I would see it being in the mid-teens range for the full year. And maybe I'll give it to you, Hikmet, for the home delivery question.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (38)

————————————————– ——————————

It's a good question. We did start the home delivery in several countries, especially in developing countries, in partnership with our agents. Some of our agents already have home delivery express services. And we did do home delivery like Colombia or Philippines, and we started — and the usage is quite good. There are — due to lockdown some of our customers, also some people with elder people or people who can't go to the locations and the only way to pay out is the cash. We do deliver it at home. And it could be a service, especially for developing countries. And it's really a partnership with our agents and agents to go to the rural areas and deliver to our customers the transactions.

————————————————– ——————————

Operator (39)

————————————————– ——————————

The next question comes from Andrew Jeffrey of SunTrust.

————————————————– ——————————

Andrew William Jeffrey, SunTrust Robinson Humphrey, Inc., Research Division – Director (40)

————————————————– ——————————

I'm wondering about — as I think about the — all the emphasis on expansion of digital globally, which makes a ton of sense. What are some of the gating factors? And I'm thinking along 2 lines. One would be the 4-plus billion accounts. I guess what are going to be the key factors Western Union can influence in terms of driving payout to those accounts? I assume a lot of it's changing of sender behavior. And two would be — just we've heard the company talk about accelerating digital expansion. I guess I'm wondering, is that opportunistic? What are the factors that gate the ability to more rapidly expand into digital markets globally?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (41)

————————————————– ——————————

Well, Andrew, good question. And I think the investments over the years we paid — we invested is paying back, obviously. If you remember, as we started, it was only few years ago, 2% to 3% of our general revenue was — or transactions were digital transactions. Now in April, we even had 30% of our transactions coming from digitally generated transactions. I think this growth will continue to grow as more and more customer segments are joining our network. And we do offer them, not only payout on the receive side, not only payout in our retail, but at the same time, also on accounts and on mobile wallets. This is big and we do have real-time payouts in 50 countries, billions of accounts where you can pay real time, and that's good. So on the — how can that really — on the receive side, it depends on the customer segmentation. If the customers want to have money on an account, they get money paid out in an account. If they want to have it on a cash, paid out really on a cash payout. Depends also on the economical ecosystem of the environment. If this is in the rural area of India, in the Bihar, most of the customers want to pay out in cash, or is it in Mumbai, many customers want to pay out on an account. We really — as Western Union, we can do that both in real time, pay out in real-time in a retail location or in an account. And this is huge. And this is going to continue to happen. It's really the combination on the send side and the receive side.

————————————————– ——————————

Operator (42)

————————————————– ——————————

Next question comes from Bryan Keane with Deutsche Bank.

————————————————– ——————————

Bryan Connell Keane, Deutsche Bank AG, Research Division – Research Analyst (43)

————————————————– ——————————

Just thinking about that move towards digital. Can you just talk a little bit how the digital competition differs from retail competition for you guys?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (44)

————————————————– ——————————

You go ahead.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (45)

————————————————– ——————————

Go ahead, Raj. Aller de l'avant.

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (46)

————————————————– ——————————

I was just going to say that one of the key things that we said earlier is that our digital business is unique in that the majority of it still is — the majority of the revenues that we are in today are still earned from a retail-oriented payout in our total digital business. So — and that's not really the area where other digital players are trying to make big inroads because you really — that's where the brand really plays a bigger part in terms of the end-to-end transaction. And if you look at the other digital players, we have already a very large base that we're working from. But we also believe that we can expand our capabilities all over the world faster than others might be able to do. We already have more than 75 send countries. We have account funding capabilities in many of those. We have mobile capabilities also in many of those send markets. And then we can send into an account into 100 markets as well as into — read into real-time into 50 countries. So just creating more of that network and infrastructure, we've been on an accelerated path there to get there, over the next few years, to get really get omnichannel capabilities on both sending and receiving side of the equation, which is not really something others can match when you're thinking about both retail and digital combined.

————————————————– ——————————

Bryan Connell Keane, Deutsche Bank AG, Research Division – Research Analyst (47)

————————————————– ——————————

In that 30% percentage of volume that's going to digital in April, does that have any retail in it? Any retail in one side of the transaction? Or that's 100% digital?

————————————————– ——————————

Rajesh K. Agrawal, The Western Union Company – CFO (48)

————————————————– ——————————

Well, it's digital, yes.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (49)

————————————————– ——————————

Initiate is digital. 100% initiate is digital on the send side, Bryan. And payout could be a payout on a retail or on an account.

————————————————– ——————————

Bryan Connell Keane, Deutsche Bank AG, Research Division – Research Analyst (50)

————————————————– ——————————

Oui. And is there a mix of that between how much of that is digital on the payout versus retail?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (51)

————————————————– ——————————

Majority of that is retail, but the strong growth comes from account. As I mentioned earlier, the account payout was in April, I believe, 90% growth.

————————————————– ——————————

Bryan Connell Keane, Deutsche Bank AG, Research Division – Research Analyst (52)

————————————————– ——————————

Je l'ai. And then the only other question I have is just thinking about migrant movement, what you guys are seeing there. Did you see many migrants move back home during this time? And then how do you think the impacts will be on any restrictions on immigration going forward from borders being put up by other countries?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (53)

————————————————– ——————————

Well, the last 6, 7 weeks, the COVID-19 really started, even earlier in China and Italy, we did not see any big changes on the migrant movements, on migration patterns. The big question mark is that what the economic environment, financial environment of these people look like. The employment rate and GDP growth are definitely indicators. That's an unknown. That's one of the reasons the volatility — given the volatility, we are not giving a 2020 guidance. But we did — we have not seen any changes on the migrants moving back or less migrants or some like that.

————————————————– ——————————

Operator (54)

————————————————– ——————————

The next question comes from Tim Willi of Wells Fargo.

————————————————– ——————————

Timothy Wayne Willi, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – MD & Senior Analyst (55)

————————————————– ——————————

Just one question on marketing. So given the shift in the business, and I guess, just the overall environment and then your comments around efficiency and cost saves. Could you talk a bit about what you're doing with marketing and branding? And sort of how much of that is moving digital versus maybe traditional? And just sort of how that plays into the sort of the digital growth, the productivity, the cost saves you're talking about? Just any way to think about how you're evolving that line item within the income statement?

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (56)

————————————————– ——————————

Well, obviously, we are continuing to invest in marketing, right? Because you could see also, during the crisis, the trust of our consumers is huge to our brands and our — the brand awareness and being for them here during the crisis and during good times and bad times, has been always for Western Union here and that's going to continue to happen. We are investing definitely from direct marketing activities on the digital side, where we gain new customer segments. But at the same time, our agents continue to promote our — together with us, our brand on the retail side. Because as we said earlier, the combination between digital and retail payout is huge. And the brand awareness on the receive side drives also the transaction. Look, if you are in a rural area in the Philippines, and you want to have the money immediately, you call your relatives in Finland and say that, "Okay, send me money via Western Union because the next corner, I can pick up the money in minutes," Or you are in — you have a bank account, you send a message to your relative on the send side in the U.K., you send me the money where I receive it into this account. And this has been — this brand awareness is, in the receiving country is huge. We actually have within our consumer 90% brand awareness, which is one of the probably the leading one. And the marketing investment drives — we know that it's driving the revenue and transaction growth. So during this — during the pandemic, as you know, has been several — the Mother's Day is coming. There was Easter, Orthodox Easter and Ramadan. And these are definitely promotions we are going to continue to do to attract customers to our brands and promote digital and also the safety and to trust (completely) investor.

————————————————– ——————————

Operator (57)

————————————————– ——————————

At this time, this concludes our question-and-answer session. I would like to turn the conference back over to Hikmet Ersek for any closing remarks.

————————————————– ——————————

Hikmet Ersek, The Western Union Company – President, CEO & Director (58)

————————————————– ——————————

Thank you, Andrew. Thank you, everyone, for joining the call today. It's a special call during this crisis, COVID-19. It's not easy for the world. It's not easy for the communities. I would like to thank, first of all, shareholders for their trust on Western Union, obviously. But also, I would like to thank especially the customers for their loyalty and fighting. Many of our customers, I mentioned earlier, are heroes, are really on the front line. They're fighting and helping many people. Is it that a nurse, or is it an ambulance driver, is it keeping a retail shop open, they are really frontline heroes. And at the same time, they really think about their loved ones back home. And it's not easy, helping people and at the same time, thinking about your family members far away from you. And one of the things they do immediately is that they send back home money. And the trust we built over years or decades, the trust we build with our customers, obviously, pays back and makes us stronger. And I would like to thank also our employees for their dedication and for their hard work during this time, and it puts Western Union as a special company, and we are continuing to be very dedicated to serve the communities and our shareholders. And I would like to — the best end. Merci d'avoir rejoint l'appel.

————————————————– ——————————

Operator (59)

————————————————– ——————————

La conférence est maintenant terminée. Merci d'avoir assisté à la présentation d'aujourd'hui. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *