<! –

->

PHOTO: AFP

PARIS: Dans un petit atelier du centre de Paris, Paloma Casile met la touche finale à une lingerie respectueuse de l'environnement qu'elle espère retrouver dans un salon international dans quelques jours.

Au-dessous de sa petite boutique chic de la rue du Jour, la créatrice assemble des morceaux de dentelles, parfois combinés avec du lurex, en prenant soin de ramasser des chutes à utiliser dans d'autres modèles ou donnés à des écoles de mode.

«J'ai toujours fait attention quand il s'agissait de couper. J'ai travaillé dans des usines et vu les déchets générés par les processus industriels », explique la trentenaire qui compte créer une autre ligne à fabriquer au Maroc.

PHOTO: AFP

PHOTO: AFP

Casile a lancé sa ligne éponyme en 2012, avec la plupart des fournisseurs en France et un processus de production standardisé pour limiter les pertes. Tous les raccords sont identiques et «en zamak, ce qui nécessite la moitié de l'eau par rapport aux autres métaux», note-t-elle en référence à un alliage de zinc, d'aluminium, de magnésium et de cuivre.

Elle limite également sa gamme de couleurs et utilise des colorants certifiés Oeko-tex sans substances toxiques. Enfin, elle répare ses marchandises jusqu'à quatre ans. «D'accord, cela garde le client à bord, mais c'est aussi dans le but de ne pas les voir jetés», explique-t-elle.

L'approche a commencé à gagner du terrain dans l'industrie de la mode alors que les préoccupations environnementales encouragent de plus en plus d'entreprises à explorer des méthodes durables. Les jeunes créateurs sont à la pointe de la tendance, qui reste une niche dans un secteur qui valait environ 2,7 milliards de dollars rien qu'en France l'an dernier.

PHOTO: AFP

PHOTO: AFP

«En tant que consommatrice, je n'ai pas trouvé de marque proposant des tenues sexy totalement responsables tout au long de la chaîne de production», explique Margot Dargegen, 25 ans, qui a fondé Nenes Paris avec de la dentelle recyclée il y a un an. «Des morceaux de tissu et de bouteilles en plastique sont broyés et transformés en fibres qui deviennent du fil que vous pouvez ensuite fabriquer avec le matériau que vous souhaitez.»

Inscription aux chaînes

«Quand nous avons commencé, trouver des matériaux respectueux de l'environnement était plus difficile, mais nous voyons maintenant que les choses commencent à bouger», explique Mathilde de Sacy, 28 ans, qui a créé la marque Olly avec une amie il y a trois ans. «Nous utilisons des matériaux certifiés, du coton GOTS biologique, de la dentelle fabriquée avec des fibres recyclées et des colorants Oeko-Tex 100. Nous voulions également que le travail soit fait en Europe pour garantir de bonnes conditions de travail », ajoute-t-elle.

«Les consommateurs prêtent de plus en plus attention à de telles choses», note Cécile Vivier-Guerin, directrice marketing d'un salon de lingerie à Paris. En particulier, les fournisseurs proposent des gammes de tissus plus larges et respectueuses de l'environnement, a-t-elle déclaré. Ils comprennent du coton ou du satin recyclé classique ou des coquilles de soutien-gorge en fibre de café.

PHOTO: AFP

PHOTO: AFP

Une entreprise suisse propose une ligne de lingerie entièrement biodégradable. Dans un secteur qui a stagné ces dernières années, «cela encourage les consommateurs à acheter des produits de meilleure qualité qui nécessitent moins de transport et ajoutent de la valeur», a expliqué Vivier-Guerin. "C'est un stimulant important."

Des marques nationales comme Etam en ont pris note et proposent désormais des collections en dentelle recyclée. "Tout le monde comprend que c'est un facteur important que les consommateurs recherchent", explique Gildas Minvielle, responsable de l'Observatoire économique de l'Institut français de la mode.

Cela dit, «100% écologique est difficile à atteindre», admet Casile, qui souligne que les marques intéressées par l'idée doivent aller au-delà de l'aspect purement marketing.

Vous avez quelque chose à ajouter à l'histoire? Partagez-le dans les commentaires ci-dessous.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *