Un officier de police travaillant dans un festival de musique pour mineurs à Sydney a avoué qu’elle ne savait pas que les mineurs faisant l’objet d’une fouille à nu étaient légalement obligés d’avoir une personne de confiance avec eux.

La policière a été interrogée mardi au sujet d’une perquisition effectuée au festival Lost City de février, après quoi un garçon de 16 ans a affirmé qu’un policier avait mis ses mains dans ses sous-vêtements.

La policière n'était pas présente, mais était l'un de ceux qui lui ont parlé et six autres jeunes se sont arrêtés lors de l'événement.

Elle a également rempli des documents par la suite. Aucun des jeunes n’a été trouvé en possession de drogues.

La femme a déclaré à la Commission de conduite de l’application des lois qu’elle venait tout juste de réaliser la distinction, en vertu de la loi pertinente, entre la fouille à nu des adultes et des jeunes.

«Je comprends que vous disiez que lorsque vous avez lu (la loi) récemment et que vous avez vu qu'il y avait des dispositions particulières concernant les jeunes, avez-vous pensé à vous-même: je ne le savais pas avant??» Commissaire en chef Michael Adams, QC a demandé.

«Oui», a répondu le policier qui témoignait à l'enquête par liaison vidéo.

EN RELATION: «L’abus de pouvoir doit cesser»: Pourquoi les cynophiles et les fouilles à nu ne fonctionnent-ils pas?

Elle avait travaillé lors de festivals précédents, mais n'était impliquée que dans la recherche de bandes pour adultes.

Le garçon – qui a déclaré à la commission dans une déclaration qu'un officier de sexe masculin avait eu des contacts avec ses organes génitaux et ses fesses lors de la perquisition – faisait partie du groupe qui a été arrêté après qu'un agent de sécurité soupçonne un trafic de drogue. Aucune personne de confiance n’était présente lors de la fouille à nu et l’adolescent a été expulsé du festival au parc olympique de Sydney alors qu’aucune drogue n’avait été trouvée. La LECC a entendu dire que 31 adolescents avaient fait l'objet d'une fouille lors de la manifestation du 23 février à laquelle quelque 10 000 jeunes étaient présents.

Les documents de la police montrent que seuls six d'entre eux ont été enregistrés comme ayant eu un tuteur ou une personne de soutien présente.

PAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *