Source de l'image: The Fool Motley.

Deviner? Inc (NYSE: GES)
Appel des résultats du troisième trimestre 2019
26 nov. 2019, 16h45 ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Bonne journée à tous et bienvenue au Guess? Conférence téléphonique sur les résultats financiers de 2020 pour le troisième trimestre. Carlos Alberini, président-directeur général; et Sandeep Reddy, directeur financier.

Au cours de l'appel d'aujourd'hui, la société fera des déclarations prospectives, notamment des commentaires sur les projets futurs, les opportunités commerciales et financières, les initiatives stratégiques, l'allocation de capital et les perspectives financières à court et à long terme. Les résultats réels de la société peuvent différer considérablement des attentes actuelles en fonction des facteurs de risque inclus dans le communiqué de presse d'aujourd'hui et dans les rapports trimestriels et annuels de la société déposés auprès de la SEC.

Maintenant, je voudrais donner l'appel à Carlos.

Carlos E. AlberiniDirecteur général et administrateur

Merci, opérateur. Bonjour et merci à vous tous pour votre présence aujourd'hui. Nous avons publié nos résultats du troisième trimestre aujourd'hui et nous sommes très heureux de générer un bénéfice d'exploitation et un bénéfice par action supérieurs au haut de nos prévisions pour la période. Le bénéfice d’exploitation ajusté a augmenté de 4% par rapport à l’exercice précédent, sous l’effet de la hausse de 2% du chiffre d’affaires et de la hausse de la marge brute de 90 points de base, compensée par une augmentation ajustée des taux de frais de vente, dépenses administratives et autres frais de 90 points de base, sous la pression des investissements des entreprises au cours du trimestre .

Notre performance reflète des résultats mitigés dans nos activités régionales. L’Europe a connu un excellent trimestre avec de très bonnes performances sur tous les canaux. Alors que les Amériques ont montré de la vigueur dans nos activités de vente en gros, nous avons enregistré une décélération de nos activités de vente au détail, avec des ventes comp inférieures à nos attentes. L'Asie était également plus faible et nos activités liées aux licences ont enregistré une performance meilleure que celle attendue pour le trimestre. Je crois que nos activités en Amérique du Nord ont été influencées par des facteurs macro-économiques, affectant principalement le trafic client, notamment les conditions météorologiques et le tourisme, et par des facteurs internes liés à notre collection de produits automne / hiver et à la position de nos stocks.

Alors que nous nous sommes concentrés sur l'exploitation de nos activités de vente au détail avec des stocks plus maigres, nous pensons que notre propriété et nos produits pour certaines classifications auraient bénéficié d'une plus grande profondeur et d'une plus grande largeur de stocks pour compiler les volumes de l'année dernière. Nous corrigeons cela au moment où nous parlons et sommes confiants que nous serons dans une position beaucoup plus forte pour la nouvelle année.

En ce qui concerne l’Asie, les problèmes auxquels nous avons été confrontés au début de l’année sur nos trois principaux marchés que sont la Grande Chine, la Corée du Sud et le Japon persistent toujours. De la même manière que le commerce de détail Americas, nous pensons que certains des facteurs qui ont une incidence sur nos activités ici sont liés à la macroéconomie et ne sont pas sous notre contrôle. Celles-ci incluent des problèmes régionaux spécifiques, tels que les manifestations à Hong Kong et le développement de la guerre commerciale en Chine, mais notre assortiment de produits et notre style, nos niveaux d’inventaire et notre cadence promotionnelle sont largement sous notre contrôle, et nous pouvons avoir une incidence sur aller de l'avant pour améliorer nos tendances actuelles.

Tous considérés, nous continuons à croire que le GUESS? notre marque et notre offre de produits sont très utiles pour le consommateur asiatique et que les perspectives à long terme dans cette région sont très convaincantes et restent intactes, malgré les défis actuels. Nous suivons de très près l'évolution de la situation et avons ajusté nos plans d'investissement pour la région en fonction des tendances actuelles et de nos attentes à moyen terme.

En ce qui concerne notre produit en Asie en particulier, nous sommes convaincus que nous avons la possibilité d’améliorer notre offre en développant un assortiment plus local qui répond aux besoins et aux goûts spécifiques des clients en ce qui concerne le style, la taille et l’ajustement, qui sont très différents selon le marché ou la sous-région. et aussi différent de nos lignes existantes. Nous mobilisons nos équipes pour créer des capacités de produits permettant de résoudre ce problème.

En outre, nous aurions dû avoir plus de nouveautés sur le sol et en ligne, qui ont été impactées par les stocks élevés de stocks d’anciens produits de la saison précédente. Pendant que nous examinons l'inventaire disponible, nous veillons à ce que les achats futurs intègrent la nouveauté, car le consommateur s'attendrait de notre marque.

En termes de marketing, nous pensons que nous pouvons faire un meilleur travail en collaborant avec des célébrités et des influenceurs locaux, tout en exploitant plus efficacement les plates-formes de médias sociaux et les capacités de streaming en direct pour les consommateurs.

Enfin, en ce qui concerne notre cadence promotionnelle, le marché chinois est très concurrentiel et nous avons la possibilité d’ajuster les prix de certains produits, pour lesquels les marques locales ont été très agressives, avec un développement rapide et des prix serrés pour gagner des parts. Nous avons également pris des mesures à cet égard au quatrième trimestre.

Nos activités en Europe ont connu un très bon trimestre avec un chiffre d’affaires en hausse de 9% et un bénéfice d’exploitation en hausse de 153% (Phonetic) pour la période. La marge d'exploitation a plus que doublé au cours du trimestre et nous sommes très satisfaits de notre performance sur tous les canaux et sur tous les marchés de la région.

Au cours du trimestre, nous avons continué à gérer efficacement les stocks globaux de notre société. Nous avons clôturé la période avec une réduction des stocks mondiaux de 5% par rapport à l’année précédente et nous sommes sur le point de terminer l’année avec une réduction des stocks à deux chiffres. intervalle. Nous avons continué de bien progresser dans la réduction de notre dépendance à l'égard de l'approvisionnement en Chine et dans l'atténuation des risques tarifaires potentiels sans compromettre la qualité de nos produits, tout en améliorant les coûts et les performances. Nos équipes de développement et d’approvisionnement en produits accomplissent un travail phénoménal et je pense que leur travail aura un impact significatif à long terme sur notre infrastructure et sur les capacités de nos produits en matière d’optimisation de la qualité, de la vitesse et des coûts.

Nous menons également des négociations productives sur les coûts avec des fournisseurs qui restent attachés au choix de la Chine, mais qui sont disposés à offrir des prix très attractifs, en dépit d'éventuelles hausses tarifaires. En conséquence, notre pourcentage de vêtements d'origine chinoise devrait augmenter de 12% à 23% pour l'année prochaine. Cette augmentation n'aura aucun impact négatif sur nos coûts si les nouveaux tarifs sont adoptés.

Permettez-moi maintenant de commenter nos prévisions actualisées pour l'année. Nous avons relevé le bas de nos prévisions de BPA de 0,03 USD en raison de notre performance du troisième trimestre, tout en maintenant des prévisions élevées. Le fait que nous ayons pu le faire, compte tenu de la faiblesse des revenus en Amérique, en Amérique du Nord et en Asie, témoigne de la solidité de notre modèle commercial diversifié, où la dynamique positive enregistrée cette année en Europe et en Amérique par la gestion efficace des compenser la faiblesse que nous constatons dans les deux autres régions. Je suis très confiant que nous avons plusieurs leviers à tirer, alors que nous continuons à améliorer la rentabilité de notre modèle d'entreprise.

Je suis maintenant de retour avec le Guess? depuis près de 10 mois et je suis très heureux des progrès que nous réalisons sur plusieurs fronts. Je crois fermement que les derniers mois, en particulier, ont été critiques pour notre équipe et notre organisation, lors de la finalisation de notre plan d'affaires stratégique. Nous sommes impatients de partager notre plan avec vous lors de notre Journée des investisseurs qui est prévue pour le mardi 3 décembre prochain à l'hôtel InterContinental à New York.

Pour l'événement, quelques cadres seront présents et Katie Anderson, notre nouvelle directrice financière, participera également à la réunion. Katie vient de California Pizza Kitchen, où elle est actuellement directrice financière et apporte une solide expérience en finance et en stratégie. J'espère que vous pourrez venir à notre événement. Et si vous n'avez pas été invité et que vous souhaitez y participer, nous serions ravis de vous entendre afin que nous puissions vous accueillir. Ce sera un événement de diffusion sur le Web, et nous partagerons nos principales priorités stratégiques pour les cinq prochaines années à prendre avec Guess? au prochain niveau de croissance et de rentabilité. Je pense que vous aimerez ce que vous allez entendre.

Alors que nous travaillions sur notre stratégie à long terme, nous continuons à exploiter l’entreprise et à développer notre modèle en suivant les principes clés que j’ai articulés lors de mon premier appel avec Guess? en mars. Le premier de ces principes concerne la répartition du capital. Comme vous le savez, nous avons pris la décision de redéployer le capital et de restituer une valeur supplémentaire à nos actionnaires grâce à des rachats d'actions importants, tout en réduisant notre dividende de 50%. Au cours du troisième trimestre, nous avons achevé le programme de rachat d’actions accéléré, qui s’élevait à 170 millions de dollars. Avec cela, nous avons maintenant racheté un total de 16,4 millions d'actions, ce qui représente un peu plus de 20% de nos actions en circulation au début de l'année. L'augmentation attendue pour cette année est estimée à 0,13 $ par action et est incluse dans nos prévisions.

En ce qui concerne les flux de trésorerie, à la suite de cette opération de réduction du dividende, nous continuons de prévoir un impact positif sur notre génération de flux de trésorerie d’environ 30 millions de dollars cette année et de 40 millions de dollars l’année prochaine. En outre, nous prévoyons de dépenser au plus 68 millions (Phonetic) de capex cette année, par rapport à 108 millions de dollars l’année dernière, et nous nous attendons également à une amélioration significative de la génération de flux de trésorerie disponibles par rapport à l’année précédente grâce à de meilleurs résultats opérationnels, gestion du fonds de roulement.

En ce qui concerne le fonds de roulement, outre la gestion des stocks, nous avons étendu les délais de paiement à nos fournisseurs afin de mieux les aligner sur notre cycle de conversion de trésorerie, dont nous devrions voir les avantages dans nos flux de trésorerie disponibles à partir de l’année prochaine. Dans le cadre de notre examen de la répartition du capital, nous avons également décidé de transférer l'activité de notre entreprise de sous-vêtements en Corée du Sud à notre titulaire de licence local, qui s'est imposé dans la catégorie. Cela nous permettra de nous concentrer sur nos lignes de base, tout en exploitant l'expertise de ce partenaire détenteur de licence et en réduisant nos investissements en capital dans l'entreprise. Nos prévisions pour le quatrième trimestre en Asie reflètent cette transition, car nous nous attendions à ce qu’elles se concrétisent au cours du quatrième trimestre.

Le deuxième principe que j'ai abordé lors d'appels précédents concerne le développement de produits et l'optimisation de la distribution. Nous avons bien progressé dans le développement du denim et dans l’élargissement de la présentation des produits dans nos magasins et en ligne. Tout cela contribue à l’amélioration des résultats. Nous sommes également satisfaits des progrès que nous avons réalisés avec la marque MARCIANO, tant en Amérique du Nord qu’en Europe, alors que nous avons renforcé nos équipes de conception et réorienté nos efforts de commercialisation. Nous prévoyons également une amélioration continue des ventes et de la rentabilité avec cette activité.

En ce qui concerne les hommes et les accessoires, nos efforts pour développer des produits plus spécifiques à chaque segment de clientèle se poursuivent et nous espérons que les résultats de ces efforts nous seront bénéfiques au cours du prochain exercice. Tandis que nous continuons à rechercher des gains d'efficacité dans notre modèle global, nous avons identifié une opportunité de développer et d'exploiter une seule ligne de magasins d'usine pour desservir l'Amérique du Nord et l'Europe au lieu des deux lignes séparées que nous avons aujourd'hui. Il est clair que les assortiments et le style entre les deux lignes sont très cohérents et offrent une grande opportunité de consolidation. Cela apportera encore plus de cohérence à la marque dans les deux régions, une qualité de produit améliorée et des économies de coûts considérables à mesure que nous exploitons l'échelle de l'appareil et nous réduisons les coûts de développement.

De plus, nous prévoyons que notre offre de commerce électronique soit notre plus grand assortiment et devienne la plus grande représentation de la marque afin que nos clients puissent choisir le produit qu'ils ont choisi s'ils ne le trouvent pas dans un magasin. Cela dotera également nos équipes de magasins d'un assortiment plus large pour servir nos clients. Il s'agit d'une initiative importante pour soutenir notre vision omnicanale.

Le troisième principe auquel j'ai fait allusion dans le passé concerne la possibilité de poursuivre des stratégies globales dans des domaines fonctionnels clés. Les principaux domaines sur lesquels nous nous sommes concentrés sont la gestion des stocks, la logistique et la distribution, l’approvisionnement et le développement de produits, les technologies de l’information, l’immobilier et les canaux multiples. Ces capacités fonctionnelles sont un élément essentiel de notre plan d’affaires stratégique. Nous vous en dirons plus sur notre vision à leur sujet lors de notre réunion Investor Day.

Le quatrième principe que j'ai mentionné par le passé concerne notre structure de coûts globale et les possibilités d'optimisation. À cet égard, nous prévoyons d’optimiser les processus d’allocation des stocks et de réapprovisionnement et d’affiner notre module de planification de la main-d’œuvre en magasin afin de mieux s’aligner sur les modèles de trafic. En plus de cela, nous voyons des opportunités de réduction de loyer et de rationalisation de notre structure de coûts grâce à la simplification et à la rationalisation des processus.

Le cinquième principe que j'ai mentionné dans le passé est centré sur le client. Vous en saurez plus sur notre approche lors de notre journée des investisseurs la semaine prochaine. Mais notre objectif est d'améliorer de manière significative notre expérience client, d'améliorer la capture de données (Phonetic), de renforcer l'analyse de données sur la segmentation de la clientèle et de développer un solide modèle de marketing personnalisé. C'est notre feuille de route.

Nous pensons que nous avons une grande opportunité ici au niveau mondial et cette initiative devrait entraîner une augmentation de la productivité des ventes et de meilleurs taux de conversion. Dans le cadre de cette initiative, nous continuons à travailler sur notre plan de mise en œuvre de la force de vente en tant que principale plateforme de commerce électronique pour desservir nos activités en Amérique du Nord et en Europe. Cela contribuera de manière décisive à l'amélioration de l'expérience client et à la croissance future des ventes. Nous continuons de penser que le nouveau modèle et les nouvelles capacités devraient se traduire par une pénétration accrue des ventes par le commerce électronique, qui correspond davantage aux performances optimales de notre secteur.

En terminant, je tiens à dire que je suis fermement convaincu que nos possibilités de continuer à nous développer à l’échelle mondiale sont très importantes et uniques, en raison de la puissance du système GUESS? marque. Il en va de même pour notre opportunité de continuer à attirer des clients avec trois profils distincts, héritage, millénaire et génération Z, principalement en raison de notre approche très différenciée. Ces clients s'engagent avec notre marque à un niveau plus profond et sont très attractifs pour l'avenir de notre société.

Enfin et surtout, notre société a une base de vente importante. Cependant, notre rentabilité n'est pas une bonne représentation de notre modèle d'entreprise et de notre potentiel de marge. Et ceci en dépit de notre bénéfice opérationnel ajusté qui a augmenté de plus de 30% par an au cours des deux dernières années et de nos prévisions concernant le résultat opérationnel ajusté qui devraient progresser d'environ 25% cette année. Je crois qu’il ya beaucoup plus d’opportunités d’augmentation de la marge d’exploitation ici, et cela est sous notre contrôle. Nous prévoyons de discuter de ces sujets plus en profondeur la semaine prochaine et espérons que vous quitterez l'événement avec une compréhension claire de notre opportunité et de notre plan pour l'attaquer.

Je souhaite à présent passer l'appel à Sandeep, qui en est à son dernier appel concernant les résultats. Je tiens à remercier Sandeep pour toutes ses contributions à notre société au cours de ses neuf dernières années chez Guess? Sandeep laisse une équipe très forte dans tous ses domaines de responsabilité et je sais que nous ne manquerons pas de battre pendant la transition. Je tiens également à vous souhaiter le meilleur dans votre futur Sandeep. Ce fut un plaisir de travailler ensemble au cours des derniers mois. Merci et allez-y s'il vous plaît.

Sandeep ReddyDirecteur financier et comptable

Merci, Carlos C'est très apprécié. Bonjour tout le monde. Au cours de cette téléconférence, nos commentaires font référence à certaines mesures non conformes aux PCGR ou ajustées. Veuillez vous reporter à la publication des résultats d’aujourd’hui pour connaître les rapprochements selon les PCGR ou pour une description de ces mesures. Le chiffre d’affaires du troisième trimestre s’élève à 616 millions de dollars, en hausse de 2% en dollars américains et de 4% à taux de change constant par rapport à l’exercice précédent. Je tiens à souligner qu’il s’agissait de notre 13ème trimestre consécutif de croissance des revenus.

La marge brute totale de la société a augmenté de 90 points de base pour atteindre 37,3%, sous l’effet de la hausse des UMI. Cela correspond à une amélioration de 160 points de base des marges brutes au troisième trimestre de l'année dernière. Les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux ajustés exprimés en pourcentage du chiffre d’affaires ont augmenté de 90 points de base, principalement sous l’effet de la pression des investissements des entreprises. Le bénéfice d'exploitation ajusté pour le troisième trimestre s'est établi à 23 millions de dollars, en hausse de 4% par rapport au bénéfice d'exploitation ajusté de l'exercice précédent. Marge d’exploitation ajustée à 3,7%, stable par rapport à l’année précédente et meilleure que la moyenne haute de nos prévisions. La prévision de marge d’exploitation incluait un impact négatif de 50 points de base au troisième trimestre de cette année, du fait que le a bénéficié au deuxième trimestre.

Je tiens à souligner que, sur une base nette, nous avons comptabilisé une charge minimale d’exploitation au cours du trimestre, les pertes nettes non réalisées sur les actifs non opérationnels étant compensées par des gains de réévaluation non réalisés sur le risque de change. Cela a été comparé à des dépenses hors exploitation de 5,8 millions de dollars au troisième trimestre de l’exercice précédent. Notre taux d’imposition ajusté du troisième trimestre a été de 24%, en baisse par rapport à 32% l’année dernière, principalement en raison de la composition du bénéfice statutaire.

Le résultat dilué par action ajusté a terminé à 0,22 USD, soit un résultat supérieur au haut de nos prévisions de 0,18 USD par action, grâce à l'amélioration du résultat opérationnel ajusté et au taux d'imposition moins élevé que prévu. Ceci comparé au bénéfice dilué par action ajusté de 0,13 $ de l'an dernier. Le BPA ajusté comprenait également une augmentation de 0,02 $ de la transaction de conversion et des rachats d’actions.

Passons maintenant à la couleur par segment. Le chiffre d'affaires du secteur Amérique du détail au cours du trimestre a baissé de 5% en dollars américains et de 4% en monnaie constante. Les ventes comp pour le trimestre, y compris le commerce électronique, ont diminué de 3% en dollars américains et à taux de change constants, se terminant en dessous de nos attentes. Les résultats négatifs du trimestre ont été alimentés par le trafic négatif et les AUR, car les tendances de nos résultats pour le trimestre se sont détériorées à partir du week-end de la fête du Travail. Le commerce électronique a eu un impact immatériel sur la composition du trimestre. Au cours du trimestre, les marges d’exploitation d’Amériques Retail ont reculé de 110 points de base, interrompant huit séquences consécutives d’expansion de la marge d’exploitation. La contraction des marges s’explique par les réductions de prix et le désendettement résultant de la baisse des ventes, partiellement compensées par l’amélioration des UMI.

Déménagement aux Amériques en gros. Les revenus ont augmenté de 7% en dollars américains et de 8% en devises constantes, sous l’effet de la bonne performance continue de nos magasins aux États-Unis, des spécialités et des offres hors prix. Amériques Les marges d'exploitation pour le trimestre ont augmenté de 20 points de base.

Les revenus européens pour le trimestre ont progressé de 9% en dollars américains et de 13% en devises constantes par rapport à l’année précédente, sous l’effet de la création de nouveaux magasins, de la croissance du chiffre d’affaires de la vente en gros et de ventes positives. Les compositions, y compris le commerce électronique, ont fini en hausse de 1% en dollars américains et de 5% en monnaie constante. Le commerce électronique a amélioré les résultats pour le trimestre de 3 points de pourcentage. L'augmentation de la composition correspond au 17e trimestre consécutif de compensations positives en monnaie constante pour la région européenne. Notre commerce de gros en Europe reste également très dynamique. Nous avons fermé le carnet de commandes pour la saison printemps-été 2020 au cours du trimestre et enregistré notre sixième saison consécutive de croissance à deux chiffres dans la région.

La marge du segment européen s’est améliorée de 410 points de base, en raison de la hausse des UMI, de la baisse des coûts de distribution, de l’effet de levier et de la réduction des marges de détail. Nous nous attendons maintenant à ce que la baisse des coûts de logistique en Europe contribue pour au moins 150 points de base à l'expansion de la marge en Europe pour l'année.

Déménagement en Asie Les revenus du troisième trimestre ont diminué de 8% en dollars américains et de 5% en devises constantes. Comps y compris le commerce électronique ont baissé de 21% en dollars américains et 19% en monnaie constante. Le commerce électronique a diminué de 2 points de pourcentage. Notre performance dans la région a été nettement inférieure à nos attentes, les tendances de la fréquentation des magasins s’étant détériorées au cours de la deuxième moitié du trimestre. La faiblesse a été constante sur tous nos principaux marchés en Asie, à savoir la Corée, la Chine et le Japon. La marge d’exploitation du secteur Asie a reculé de 520 points de base au cours du trimestre, principalement en raison de l’augmentation des démarques et du désendettement des charges résultant des éléments négatifs.

Passage au bilan. Les débiteurs s'élèvent à 300 millions de dollars, en hausse de 5% en dollars américains et de 6% en monnaie constante. Les stocks se sont établis à 520 millions de dollars, en baisse de 5% en dollars américains et de 4% à taux de change constant par rapport à l’année précédente. C'était un autre quart d'amélioration séquentielle. Bien que nous ayons fait beaucoup de progrès sur les stocks cette année, nous avons toujours des stocks excédentaires par rapport à la fin de l’année dernière et nous prévoyons de continuer à les écouler en les vendant dans nos propres points de vente au détail, ainsi que en utilisant des canaux de liquidation d’actions, nous pouvons donc terminer l’année dans une position nettement plus saine que l’année dernière.

Les flux de trésorerie disponibles pour les neuf premiers mois de l’exercice ont été négatifs de 79 millions USD, soit une amélioration de 43 millions USD par rapport à négatifs de 122 millions USD l’année dernière, grâce à une diminution des dépenses en immobilisations de 26 millions USD et à une amélioration de 17 millions USD du fonds de roulement. Si nous excluons l’impact de l’amende de 46 millions de dollars perçue sur les commissions de l’UE payée plus tôt cette année, nos flux de trésorerie disponibles se sont améliorés de 89 millions de dollars par rapport à l’année précédente. Comme Carlos l'a mentionné, au cours du trimestre, nous avons achevé le RSA de 170 millions de dollars conclu au cours du premier trimestre de cette année. Un total de 5,4 millions d’actions nous ont été livrées en septembre pour clôturer le RSA. Pour rappel, 5,2 millions d’actions supplémentaires nous ont déjà été livrées contre ASR au cours du premier trimestre de cette année.

En tenant compte des achats sur le marché libre et du RSA de 170 millions de dollars, nous avons racheté un total de 16,4 millions d’actions pour un coût de 281 millions de dollars cette année, pour un prix moyen par action de 17,13 $. Nous avons terminé le trimestre avec une trésorerie et équivalents de trésorerie de 110 M $, comparativement à 139 M $ pour l'exercice précédent. La trésorerie moins la dette à la fin du trimestre était négative de 207 millions de dollars, comparativement à 99 millions de dollars l’année précédente.

Passer à la guidance. Je devrais souligner que nos perspectives pour le quatrième trimestre et l'exercice complet de l'exercice 2020 ne supposent aucune charge pour dépréciation d'actifs. Des indications concernant les produits et les ventes comp pour l’ensemble de la société et par secteur figurent dans un tableau supplémentaire joint à notre publication des résultats. Pour le quatrième trimestre de l'exercice 2020, nous prévoyons que les revenus du trimestre augmenteront de 2,5% à 3,5% à taux de change constant. Aux taux de change en vigueur, nous estimons que la devise représentera environ 1,5 point de pourcentage défavorable à la croissance du chiffre d’affaires consolidé du trimestre. Notre marge brute devrait augmenter en raison de l’amélioration de l’UIM découlant de nos initiatives en matière de chaîne d’approvisionnement, ainsi que de la diminution des démarques et des charges d’obsolescence dues à une situation des stocks plus propre que l’année dernière.

Le taux des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux devrait légèrement baisser par rapport à l’année précédente. Nous prévoyons une marge d’exploitation pour le trimestre comprise entre 11,5% et 12%, avec un impact défavorable de 20 points de base de la devise. Le bénéfice par action ajusté est prévu dans la fourchette de 1,07 dollar par action à 1,12 dollar par action, y compris un vent défavorable de 0,05 dollar dû à la devise. La prévision de résultat par action inclut une augmentation de 0,21 USD, en raison de l’impact de la conversion et des rachats d’actions.

Notre prévision de résultat par action ajusté inclut une hypothèse de 1,7 million de dollars sur les intérêts débiteurs et l’amortissement des frais de prêt liés à la transaction de dette convertible. Notre taux d'imposition pour le trimestre est estimé à 21%. Nous prévoyons que les revenus consolidés de l’année augmenteront de 5,7% à 6% à taux de change constant. Aux taux de change en vigueur, nous estimons que la devise aura un impact négatif de 3% sur la croissance du chiffre d’affaires consolidé de l’exercice.

Nous prévoyons une hausse des marges brutes pour l'ensemble de l'exercice en raison de l'amélioration des UMI, tant sur le continent américain qu'en Europe, ainsi que de la réduction des coûts de logistique et de distribution en Europe. Le taux ajusté des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux devrait être en hausse pour l’année en raison de l’augmentation de la rémunération au rendement. Notre taux d'imposition ajusté pour l'année est estimé à 25%. Nous prévoyons une marge d’exploitation ajustée comprise entre 5,4% et 5,6%, avec un impact de change négatif de 10 points de base sur la marge d’exploitation, et nos prévisions supposent que les devises resteront plus ou moins aux taux en vigueur. Un bénéfice par action ajusté est prévu entre 1,31 et 1,36 dollar, avec un impact défavorable de 0,06 dollar. Pour rappel, nos prévisions pour l’année étaient de 1,28 $ à 1,36 $. Nous avons donc relevé le bas de nos prévisions de 0,03 dollar et maintenu le haut de gamme.

La prévision comprend une augmentation de 0,13 $ des charges liées aux rachats d’actions et à la conversion, ainsi que la prise en charge d’une charge d’amortissement des intérêts et des emprunts de 5,3 millions de dollars. Le haut de nos nouvelles prévisions représente une augmentation de 39% par rapport au BPA ajusté de l'an dernier. Les dépenses d’investissement pour l’exercice devraient se situer entre 63 et 68 millions de dollars, afin de soutenir les ouvertures de magasins, les rénovations de magasins clés et les investissements dans notre infrastructure technologique afin de soutenir la croissance à long terme.

Veuillez noter que ceci est en baisse de 108 millions de dollars l'année précédente. Comme je l'ai mentionné précédemment lors de l'appel, abstraction faite de l'incidence de l'amende de 46 millions de dollars imposée par la commission européenne, nos flux de trésorerie disponibles se sont améliorés de 89 millions de dollars par rapport à l'an dernier. Cette évolution découle de l’amélioration de la gestion des stocks et du fonds de roulement, ainsi que de la réduction des dépenses en immobilisations.

Nous prévoyons une nouvelle amélioration des flux de trésorerie disponibles au cours du dernier trimestre de l’année et une amélioration de 90 millions de dollars pour l’année, soit 136 millions de dollars, sans l’impact de l’amende imposée par la Commission européenne, en raison de la poursuite du financement. avantages de la gestion du fonds de roulement et des dépenses en capital moins élevées

Au cours du trimestre en cours, le conseil d'administration a approuvé un dividende trimestriel de 11,25 $ par action, payable aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 11 décembre 2019.

Avant de terminer les remarques préparées, je voudrais saisir cette occasion pour dire que ce fut un privilège de travailler chez Guess? depuis neuf ans. Ce fut un voyage incroyable pour moi, tant personnellement que professionnellement. J'aimerais remercier mon équipe des finances pour son soutien au fil des ans. Et je suis tellement fier d'eux pour la façon dont ils ont évolué la fonction.

Enfin, je voudrais remercier Carlos, Paul et Maurice Marciano, le conseil d’administration et tous les associés avec lesquels j’ai travaillé pour leur partenariat et souhaite à la Société de continuer à avoir du succès dans l’avenir.

Sur ce, je vais terminer les remarques de la société et ouvrir la parole à vos questions.

Questions et réponses:

Opérateur

Merci. Nous allons maintenant commencer la séance de questions-réponses. (Instructions de l’opérateur) Notre première question vient de Susan Anderson de B. Riley FBR. Votre ligne est maintenant ouverte.

Susan AndersonB. Riley FBR – Analyste

Salut bonne soirée. Beau travail sur le trimestre. Je suppose que j'aimerais peut-être un peu – bonjour, comment ça va? Un peu plus de couleur sur la composition du commerce de détail des Amériques et une sorte de recul que nous constatons, puis au quatrième trimestre, ainsi que la marge opérationnelle. Quelles sont vos pensées, je suppose, autour de la base de magasins, compte tenu de la lenteur de la composition et de celle du désendettement du point de vue de la marge d’exploitation? Et pensez-vous que vous pouvez obtenir la composition de manière positive. Merci.

Carlos E. AlberiniDirecteur général et administrateur

Merci Susan. C'est Carlos et bon après-midi.

Susan AndersonB. Riley FBR – Analyste

Salut Carlos

Carlos E. AlberiniDirecteur général et administrateur

Salut. Ce que nous avons vu au cours du troisième trimestre a été principalement motivé par le trafic et les AUR. Nous avons enregistré un trafic négatif au début de l’année, aux premier et deuxième trimestres. Cependant, ce que nous avons vu aux premier et deuxième trimestres, nous avons pu plus que compenser les baisses de trafic avec les améliorations de conversion et UPT.

Ainsi, au cours du troisième trimestre, notre conversion et nos UPT étaient meilleures qu’il ya un an ne l’était pas – aussi positif qu’il était plus tôt dans l’année pour pouvoir plus que compenser les baisses de trafic et les baisses d’AUR. Comme nous l'avons mentionné dans les remarques préparées, nous éclairons également des catégories clés très spécifiques, dans lesquelles nous aimons la largeur et la profondeur. Je pense que cela aurait pu avoir un impact sur la conversion dans une certaine mesure, et même lorsque la conversion était un vent arrière, comme je l'ai indiqué, elle n'était pas aussi forte qu'elle l'avait été. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive au quatrième trimestre, même lorsque nous modifions le plus rapidement possible notre situation en matière d’inventaire afin de renforcer réellement ces catégories.

En ce qui concerne les résultats futurs, même si nous observons cette pression au quatrième trimestre, nous nous sommes heurtés à des titres en bonne santé au troisième trimestre et à des résultats encore plus sains au quatrième trimestre par rapport à l’année précédente. Ainsi, même si nous constatons que la pression nous affecte, nous pensons qu’au début de l’année, les choses seront très différentes et, bien sûr, nous corrigeons la situation des stocks dans laquelle nous nous dirigeons l’année prochaine. Nous avons définitivement le temps de pouvoir nous ajuster.

Je pense que votre question concernait également le magasin de base et le désendettement. Nous sommes simplement satisfaits des magasins et du portefeuille que nous avons. Nous avons évidemment continué d’examiner les possibilités d’améliorer la structure des coûts d’occupation. Et comme de nombreux magasins arrivent à expiration, nous saisissons toutes les occasions possibles pour améliorer cette situation. Et si les chiffres ne vous semblent pas convaincants, nous faisons ce que nous avons toujours fait, à savoir quitter le lieu de travail si nous ne pouvons pas parvenir à un accord raisonnable. Chaque magasin doit être autonome.

Sandeep ReddyDirecteur financier et comptable

Et je pense que vous avez également demandé quelle marge d’exploitation et quelle cadence débuter dans la quatrième saison? Donc, je pense que, bien entendu, avec les prévisions pour le T4, les chiffres moyens sont légèrement inférieurs aux chiffres inférieurs, ce qui est un peu une décélération par rapport au troisième trimestre. Les marges d’exploitation subiront une pression également au quatrième trimestre. . Mais comme l'a mentionné Carlos, nous prenons beaucoup de mesures pour remédier à la situation à l'approche de la fin de l'année et de l'année prochaine. Je pense donc que nous nous attendons vraiment à commencer à nous rétablir à mesure que ces initiatives se concrétiseront.

Carlos E. AlberiniDirecteur général et administrateur

Une dernière chose que je dirais, c'est qu'au cours du trimestre, nous avons vu des sites touristiques sous-performants, des sites non touristiques. De toute évidence, il s’agit d’une marque mondiale et nous sommes influencés par la réaction des touristes et leurs achats. De plus, le temps n'était pas idéal car il faisait plus chaud. Cela ne favorisait pas les produits pour temps froid. Donc, il s’agit d’un classement clé à la fois au troisième trimestre et au quatrième trimestre. Je pense que nous avons un assortiment extraordinaire de produits qui sont propices au froid. Et bien entendu, les conditions météorologiques au quatrième trimestre pourraient être un type majeur d’impact (phonétique) afin de faire évoluer à la fois le niveau d’activité et l’AUR.

Susan AndersonB. Riley FBR – Analyste

Je l'ai. Et puis, si je pouvais juste ajouter un suivi sur l’Asie. Cela semble un peu pire qu’ils ne le sont aussi. Je sais que la géographie a été difficile pour beaucoup de gens étant donné les problèmes macroéconomiques. Voyez-vous une certaine stabilité dans certaines des initiatives sur lesquelles vous travaillez en termes d'ajustement, d'ajustement du produit et de marketing? Et peut-être que vous pourriez parler de ce que vous faites d'autre pour essayer de remettre cela sur les rails?

Carlos E. AlberiniDirecteur général et administrateur

Oui merci. Eh bien, la douceur en Asie nous habite depuis quelques trimestres. We saw a very sudden change in trends. As you know at the beginning of the year and it was just after Chinese New Year, we experienced softness in our three major markets. I'm talking about Greater China, Japan and Korea, and those trends got even softer during the Q3 as you indicated.

The changes — when you look at what happened and how it happened, this changes lead us to believe that there is something that is playing out at a macro level. And we know that there is a lot that is impacting the region, that is completely outside our control like the Hong Kong situation, the China-US trade war, also Korea and Japan trade war, unusual whether. There were a lot of things that happened during this quarter. I don't know, if those are the reason why the softness accelerated. But what we do know is that the retail environment is challenging and our customer traffic is down across all markets.

There is not that much that we can do on that, but we see significant opportunities to improve internally, and many of those things start with product, and you referred to that. We believe that the product requirements for the region are very specific. In Korea and Japan, we are developing specific product, and we have been for several years. But we do not do that in China at the moment. So we do have an opportunity to better address the customer needs in terms of product styling, sizing and fit. And also we think that, as we study the flow of our inventory, we believe that we have been impacted by insufficient newness in our inventory position, especially in Greater China.

The composition of the product offering has been impacted by the high level of older season inventories that we came into with. And as we work through the current inventory and all that excess, we are ensuring that we are very careful with how we buy the future product, and we do incorporate newness.

We think that there is also an opportunity on prices. We have been analyzing our price points by products, and compared to some other brands that are — have become relevant in the market. And we think that this brands have been aggressive with fast development and also very sharp pricing. So we are adjusting to that.

And then with respect to specific product as you asked, we think that that is going to take some time. We are really trying to analyze whether our existing lines from Korea and Japan can serve that purpose to a great degree. But we still think that there is a need for a very specific, more localized market product strategy, and that's what we are doing, and we are building the team to be able to do that.

If this — you didn't ask about marketing, but we think that marketing is a big factor here too. We think that there is an opportunity to enhance the — how we collaborate with partnerships, with music bands, celebrities and influencers. And we have now proven that working with the groups that have high local relevancy is very effective. Great example of this is generations that we used in Japan about a year ago. We did a big collaboration and it was super successful. And when we go with groups that are not as relevant to the local markets, we don't see the same level of success. So for that reason, we are redoing another collaboration with generations in Japan this coming Q1, and we are excited about that.

At the end of the day, the key thing here is, when we look at the region, it's the long-term potential for Guess? in Asia. And I am very convinced that this potential remains very compelling and represents a great example of what I call asymmetrical risk. Qu'est-ce que ça veut dire? It means that the business is relatively small compared to our overall business. We have a relatively variable expense structure. Especially when you think about the stores and flexible rents that we have there or short leases and kick-out clauses. And the opportunity for growth is incredible, especially with our brand. The brand is well known. It resonates with the Asian consumer. We have done it before, and I think that we will do it again.

So we — when I look at this obviously is somewhat disappointing to have to go through the current slowness. But when you think about the size of the markets that we are talking about, we're talking about roughly a $13 trillion economy in Greater China. That's huge. That middle class(Phonetic) is the biggest middle class in the world. So we see a lot of opportunity, and we think that we are protecting the downside, and we have a business model that can really navigate through the challenging times, and especially, considering that the size of the business is not that big compared to the total Company.

So we are going to talk more about this when we see you on Tuesday. But I think that the opportunity remains very, very powerful and a great one for Guess?.

Susan AndersonB. Riley FBR — Analyst

Great, that's very helpful. Good luck this holiday. And Sandeep, I wish you all the best.

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

Thank you, Susan.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Thank you, Susan.

Susan AndersonB. Riley FBR — Analyst

Merci.

Opérateur

Our next question comes from Janine Stichter from Jefferies & Company. Your line is now open.

Janine StichterJefferies & Company — Analyst

Hi, good afternoon. Want to switch gears a little bit and talk about Europe. You saw some nice margin improvement there, and it seems like your beating your own internal forecast of what you can do to improve the European logistics costs on that side of the business. So can you just — can you talk a little bit about what's going on there, how you're driving that improvement, and then ultimately, what the timeline looks like for recapturing some of that headwind that you saw last year from the DC transition?

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Sure, Janine. Merci. We are obviously super excited about the business in Europe. We have seen strength across the board, across countries, across channels. So we couldn't be more pleased. When you think about — I think Sandeep mentioned how strong our wholesale businesses too. We have seen several years now of significant improvement on growth in our wholesale business. That's not easy to do and I think it speaks about the strength of the brand and how good the product is and how well perceived our business and our relationships are. So very excited there.

With respect to the retail business, there are some major differences to what we see in other parts of the world and it starts with traffic. Our traffic in the retail stores is positive, and we also see similar type of momentum online. So the momentum overall is very positive. I think that that also enables us to really move very quickly through the inventory changes that we wanted to make. As you may remember, we ended last year with some excess inventory in Europe and we had a plan to really dispose of that through both internal channels, like our outlet stores and also using the off-price channel. And we have been able to move quicker as — just as we navigated those inventory components, which really also contributed to giving us more ability to invest in units and really have a very good inventory position already.

So overall, I think that the business is doing very well. With respect to the operating side, obviously, we are expecting and we are guiding to a major operating margin expansion in Europe this year, and we feel that is something that is definitely happening, but it still leaves a lot of opportunity for continued growth of operating margin.

You mentioned logistics and distribution, we're going to talk more about that next week. But we do have a plan to continue to improve on that. We think — as we look at what's happening with other businesses that are similar to ours and the kind of logistics and distribution costs that those businesses consume, we know that there is a big opportunity for us to do better and we have a plan to do so.

Janine StichterJefferies & Company — Analyst

Génial. That's really helpful.

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

And I (Speech Overlap) just want to add something to that, Janine. I think for the margin recapture that you talked about, I think for the first nine months, we're already over 400 basis points in margin improvement for Europe. We expect to see this continuing trend. And if we actually get to that, we get very close to double-digit margins, because last year we were 5.4% in operating margins. And so I think, the thing about this is, it's extremely powerful in terms of the total Company business model as well.

And as Carlos spoke to it, as a diversified business model, the strength of the European business has been able to offset the weakness that we saw in the Americas Retail and Asia business. And this is really critical in actually the 120 basis point improvement that we're talking about for the current year despite this softness. And there is much more that we can actually go for, because operating efficiencies also have contributed in the current year, but there is a lot more that we'll talk about next week in New York. So I think it's really exciting to see that even with this softness, we've been able to drive so much of margin expansion.

Janine StichterJefferies & Company — Analyst

That's really helpful color. Just have quick one also on the Americas wholesale business, you saw a nice growth this quarter. You have been seeing nice growth, and it looks like you're guiding to a decline in the fourth quarter. Is anything there was timing, are you seeing anything in terms of sell-throughs changing with your wholesale partners?

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Oui. No, it's — actually I think, a better way to look at this is more on an annualized basis. I mean, obviously, we did have some timing issues that impacted both second quarter and third quarter and now fourth quarter. We still consider that the business is very healthy and we shouldn't think about the negative number in the fourth quarter to represent anything other than a timing issue. We think that our partners are really doing very well. And we are — we have a very strong relationship. Obviously, we continued to see growth. And that is a very unique considering what's happening in the markets out there. So I think it speaks about the brand and the strength of the product.

Janine StichterJefferies & Company — Analyst

Génial. Merci beaucoup.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Thank you, Janine.

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

Merci.

Opérateur

Our next question comes from John Kernan from Cowen and Company. Your line is now open.

John KernanCowen and Company — Analyst

Hey, good afternoon, and thanks for taking my questions. Hey, Sandeep, well we have you…

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Hi, John.

John KernanCowen and Company — Analyst

We have you on the call one last time. Just wanted to grow you a little bit on the fourth quarter guidance. It seems like there is a fair amount of operating margin expansion embedded in the outlook are guiding to negative comps in North America, and slower comps in Europe, I think they're guided up low singles on a constant currency. So just wanted to drill down on the SG&A leverage assumption that seems to be implied in the EPS guidance. Can you talk about the dynamic between gross margin and SG&A in the fourth quarter? Obviously, Europe being a very strong region. Right now, there's a lot of margin expansion. Just trying to balance that against other areas.

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

Sure, John. I think when you look at what happened last year and our cadence in terms of gross margin performance. We actually had gross margin expansion in all of the first three quarters. And the only quarter last year, where gross margins declined was the fourth quarter. And the reason we declined in the fourth quarter last year is because we went into the fourth quarter in too heavy(Phonetic) inventory position, and had to take markdowns during the quarter, and we had to take inventory reserves during the fourth quarter as well — by the end of the fourth quarter.

This year in contrast, we're entering the fourth quarter in a very good position relative to where we were last year, and we expect to be even clearer by the end of the year. And so the assumption that's embedded from a gross margin perspective is definitely to be significantly better. And if you look at the guidance, we think that SG&A basically is roughly flat with last year.

So, almost all of the growth of the operating margin improvement that we're talking about for the Company is coming from gross margin. And it's been very consistent in the first nine months of the year, and it's driven by all the initiatives that we talked about, the IMU improvement, the fact that especially in Europe we've been a lot less promotional on a pretty significant business, all of those things are able to offset some of the weakness that we've talked about in Asia and Americas. And the logistics costs are very material because of the size of the European business, and that's also contributing in a big way in the gross margin line. So if you put all that together, that's why we're pretty comfortable with the operating margin guidance that we provided. But it really ties back to the gross margin cadence.

John KernanCowen and Company — Analyst

Je l'ai. Ça a du sens. Merci. And then just maybe a follow-up on Europe. You obviously have a lot of detail on — at the Investor Day on this, but can you — and when you think about the white space in Europe, can you talk to us on how you feel about the dynamic between wholesale and retail? Both have worked well in turn together this year. But I'm just — how are you viewing those channels as we head into the fourth quarter and beyond? And any update on the backlog going into next year would be helpful too. Merci.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Ouais. Thank you, John. Well, let me start with that. During the last few years, the Company invested considerably to expand the store base and — in Europe I'm talking about, but also in other regions. But I feel that we have a great platform right now, and I think that we have an opportunity here to continue to build productivity in those stores. Many of those stores are very new obviously, and we feel that there is an opportunity to continue to build the retail business through them and the same-store sales growth.

With respect to the wholesale business, I think that we have done — the Company has done a great job in looking at the different distribution that we had by country. A lot of the countries are doing extremely well with expanding distribution and is not necessarily more accounts, though we do have more accounts, but also more productivity with a different accounts that we have been doing business with.

So, and I think all this and expanding in different product categories has really fueled the kind of growth that we have experienced during so many years. So I think that the balance is pretty significant and I think that is synergistic for the brand.

And the third big piece that we will talk more also during next week is about e-comm. We believe — e-comm has been growing at a very fast clip. And we see that, as we equipped the business with sales force and additional capabilities, we can do even better and significantly faster. So we are very excited about that initiative. We will share more about how we are approaching it next week. But if you put it altogether and you think about some of the white space that we had in Europe. When I was here nine, 10 years ago, our presence in Europe was very limited. And it was limited to the Southern countries. And now when you see how much the Company has done to really expand North and to the East, and it has done it so successfully. I think it speaks very, very strong about the more opportunities that we have to continue to grow in the region.

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

And John, you asked about the backlog. I think we — as we mentioned on the prepared remarks, the Spring/Summer 2020 backlog is up in the double digits, and that's the sixth consecutive season, which is about three years worth of double-digit growth that we're seeing in the wholesale business. And this is a reminder that Spring/Summer 2020 product ships in the fourth quarter of this year and first quarter of next year. We're in the process of collecting orders for the Fall/Winter 2020 season, which is coming next year. And typically, we update during the March call on that cadence. And so we will have more on that at point.

John KernanCowen and Company — Analyst

Excellent. Merci. Looking forward to next week.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Thank you John . We'll see you then.

Opérateur

(Operator Instructions) Our next question comes from Dana Telsey from Telsey Advisory Group. Your line is now open.

Dana TelseyTelsey Advisory Group — Analyst

Good afternoon, everyone. Hi, Carlos. As you speak about the wholesale…

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Salut. How are you, Dana?

Dana TelseyTelsey Advisory Group — Analyst

Salut. Good. How are you? As you think about the wholesale business…

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

I'm good.

Dana TelseyTelsey Advisory Group — Analyst

Excellent. As you think about the wholesale business both in America and in Europe, what are you seeing there in terms of order patterns, what are you seeing there in terms of pricing and promotion, and how are you working with the wholesale distribution channel? Merci.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Bien. So we — our business in America and the business in Europe at wholesale are very different. In America, we have a business that is concentrated on a few accounts, and you have some within that other company like Macy's, which definitely represents a big, big partner for us. And then, we have some distribution with other retail chains, such as Urban and — Pacific Sunwear, sorry. That represents a very significant opportunity for us to deal with product that is somewhat different and caters to a consumer that is younger. We have talked about the Generation Z opportunity here.

I think that when you look at Europe, Europe is much more fragmented business. We have in excess of 8,000 accounts throughout the region. And I think that, obviously, there is a very — just the diversified base of businesses depending on where these accounts are located and what kind of countries they are just participating in. The flow — order flow has been very in line with what we have seen in the past. I think that's just the — Sandeep just talked about Europe and how the different seasons are extended into — each season is a six-month season. And what we see in the floor, there is a sales campaign that is relatively rigorous in terms of times and the weeks that this takes. And what we see is that those order patterns have been pretty much consistent with the past, and exciting to see the growth that we have seen.

And the business in the Americas I think that has also been traditional in terms of how the orders have been placed. I think that we are very pleased with the distribution model that we have. We are very pleased with our partners, and we see opportunities to continue to grow together.

Dana TelseyTelsey Advisory Group — Analyst

Merci. And the promotional environment as we go into the fourth quarter, how do you think it will be different than last year.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

It's very hard to say. You will probably know more about what is the inventory situation for most. What — the only thing that we know is what we see and what we hear. Obviously, we have a big change here in calendar, and obviously that is impacting how the business is behaving. We saw some level of promotional activity even before Thanksgiving, which is — was more unusual in the past. But considering that the calendar is significantly more compressed, just — that, kind of, makes sense. So we are happy with where we are in terms of inventory position. And I think we are — like we said, we are targeting to end the year with inventories down about in double digits, which is — will be a significant accomplishment for us.

Dana TelseyTelsey Advisory Group — Analyst

Merci. Have a great holiday.

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

Thank you, Dana. Happy holidays.

Opérateur

(Operator Instructions) |And presenters, at this time, I show no further questions in queue, and I would now like to turn the call over to Carlos for closing remarks.

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Well, in closing, I want to thank you all for your participation today. We had a good third quarter and we are well positioned to have a strong fourth quarter, and close a terrific year with strong top line growth and significant profit improvement. We look forward to reporting on our progress, and we certainly hope to see you next week at our Investor Day event. We're really looking forward to that.

Sandeep, good luck to you and your future. And thanks again for all you have done. Happy Thanksgiving to everyone, and enjoy your time with your families. Thank you again.

Opérateur

(Remarques de clôture de l'opérateur)

Duration: 62 minutes

Appelez les participants:

Carlos E. AlberiniChief Executive Officer and Director

Sandeep ReddyChief Financial and Accounting Officer

Susan AndersonB. Riley FBR — Analyst

Janine StichterJefferies & Company — Analyst

John KernanCowen and Company — Analyst

Dana TelseyTelsey Advisory Group — Analyst

More GES analysis

Toutes les transcriptions d'appels de revenus


AlphaStreet Logo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *